Norbert Tarayre en instance de divorce : "Le père n'a droit à rien"

Norbert Tarayre en instance de divorce : "Le père n'a droit à rien"
Norbert Tarayre lors du PasteurDon 2015 à l'Institut Pasteur à Paris, le 6 octobre 2015.

Dans un entretien accordé à Télé-Loisirs et paru le 13 octobre 2020, Norbert Tarayre s'est confié sans détour sur son divorce d'avec Amandine, la mère de ses trois filles.

En mars dernier, Norbert Tarayre et Amandine annonçaient leur séparation dans un message commun publié sur Instagram. Trois mois plus tard, le cuisinier révélé par l'émission Top Chef indiquait que lui et sa nouvelle compagne, Abi, venaient d'accueillir un petit Elydjah. "Avec Amandine, c'est formidable, on s'entend très très bien", vient-il d'ajouter auprès de Télé-Loisirs. Néanmoins, leur divorce n'est pas finalisé. L'occasion pour celui qui a perdu beaucoup de poids de pousser un coup de gueule contre le système juridique qui est, selon lui, défavorable aux pères.

"Au moment où je vous parle, on est en conciliation"

"Dès qu'il y a des avocats au milieu, ça devient compliqué. Je préviens tous ceux qui vont se séparer : le plus dur n'est pas d'être face à son ex-femme quand tout se passe bien. C'est tout l'environnement qui va autour, tous les gens que tu rencontres et qui viennent te grignoter le cerveau, te mettre du 'bullshit' dans la tête, du venin, en te faisant croire que l'autre va faire en sorte de te dépouiller", a confié l'animateur de M6 au cours de cet interview. Et de regretter : "Je trouve que le système juridique français est défavorable aux papas. Personne n'ose le dire, mais il est défavorable. Dans les tribunaux, le père n'a droit à rien. C'est un géniteur. Il ne peut pas avoir le droit de voir ses enfants, il ne peut pas être considéré comme un parent."

Son divorce, cependant, se déroule dans un climat apaisé. "Au moment où je vous parle, on est en conciliation, on est autour d'une table et on négocie ce qu'on veut avoir", a déclaré Norbert Tarayre avant de révéler : "J'ai signé une location pour recevoir mes filles avec mon fils une semaine sur deux."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.