Nicolas Bedos monte au créneau : "Arrêtez les masques !"

Nicolas Bedos monte au créneau : "Arrêtez les masques !"
Nicolas Bedos lors de la 14ème édition du Festival du Film de Rome, le 20 octobre 2019.

Au lendemain des nouvelles annonces de prévention contre le coronavirus faites par le ministre de la Santé, Olivier Véran, l'écrivain Nicolas Bedos y est allé de son message anticonformiste sur Instagram, jeudi 24 septembre 2020.

Las des mesures sanitaires imposées par le gouvernement, Nicolas Bedos a posté tôt dans la matinée du jeudi 24 septembre, le lendemain des annonces du ministre de la Santé, une diatribe contre celles-ci. Le réalisateur du prochain volet d'"OSS 117" a publié un long message comme une ode à la vie.

L'humoriste de 41 ans, endeuillé par la disparition son père cette année, fait l'apologie de la vie, en dépit des circonstances sanitaires qui continuent de s'aggraver. Il ouvre ainsi : "Bon, allez, soyons francs : Arrêtez tout. TOUT." Et de continuer : "Les masques. Les confinements." Il nuance tout de même en invitant à faire attention "face à vos parents très fragiles (quand ils le souhaitent, ce qui n'était pas le cas de mon père, meurtri à mort d'être privé de notre amour)."

"On arrête d'arrêter, On vit. On aime. On a de la fièvre, On avance"

Celui qui aime le jeu des réseaux sociaux en publiant fréquemment pour promouvoir, pour rendre hommage, ou pour s'exprimer énumère les choses qui l'agace dans ce mode de vie maussade : "Vivez à fond, tombez malades, allez aux restaurants, engueules les flicaillons, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales. Nous devons désormais vivre, quitte à mourir (nos aînés ont besoin de notre tendresse davantage que de nos précautions). On arrête d'arrêter. On vit. On aime. On a de la fièvre. On avance. On se retire de la zone grise. Ce n'est pas la couleur de nos coeurs."

Et même si "en ce monde de pisse-froid (...) ce texte sera couvert d'affronts" : "Vivons à fond, embrassons-nous, crevons, ayons de la fièvre, toussons, récupérons, la vie est une parenthèse trop courte pour se goûter à reculons." Son message n'a pas manqué de faire réagir la Toile, des immunodépressifs ont notamment exprimé leur étonnement et leur indignation envers l'auteur de ce message aussi plein de vie que de danger pour la santé d'autrui.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.