Mort de Guy Bedos : après son fils, sa fille Victoria lui dit adieu

Mort de Guy Bedos : après son fils, sa fille Victoria lui dit adieu
Guy Bedos et sa fille Victoria sur le plateau de Vivement Dimanche, le 29 novembre 2011.

Guy Bedos s'en éteint le 28 mai 2020. Le jour même, sa fille Victoria avait publié un très bref hommage à la star sur son compte Instagram. Une semaine plus tard, Victoria Bedos publie dans les colonnes de Paris Match une touchante lettre hommage qu'elle adresse à son défunt père.

À l'annonce du décès de Guy Bedos, son fils Nicolas avait pris la plume pour lui rendre hommage. Dans l'édition de Paris Match du 4 juin 2020, c'est au tour de Victoria Bedos de prendre la parole pour s'adresser à son "père adoré".

"Mon père préféré, à l'heure où je t'écris, je suis allongée dans ton lit, je porte ton eau de Cologne Roger Gallet et j'ai mis un de tes pulls en cachemire, le rose poudré, à col V, qui t'allait si bien. Dehors, il fait chaud, c'est presque l'été, mais j'ai froid, si froid de toi. Aussi froid que toi quand je suis venue te voir au funérarium, hier après-midi, et que j'ai posé un baiser sur ton front." c'est ainsi que commence la lettre que la comédienne qui a joué aux côtés de François Berléand dans "Vicky " adresse à son père. Plus loin, elle confie sa colère avec émotion : "Je t'en ai voulu. Je t'en veux, papa, de ne plus être là. Et je pleure en écrivant cette phrase et tu ne me tends toujours pas de mouchoir."

"Tu as voulu partir, en homme révolté que tu es"

Dans cette lettre touchante, Victoria Bedos se confie également sur les derniers instants de l'humoriste : "Tu es parti jeudi à 16h30. Il fallait que tu partes, tu as voulu partir, en homme révolté que tu es, tu as fait une grève de la faim pour que ça s'arrête. Que cette confusion mentale cesse, que ce brouillard dans ta tête disparaisse. Et maman, Nicolas et moi, on a compris, on a accepté, on n'a pas lutté contre ta dignité. Et digne, tu l'as été jusqu'au bout." Une déchirante lettre d'adieu à retrouver en intégralité dans le numéro 3709 de Paris Match.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.