Mort de Daniel Balavoine : ces nouvelles révélations qui font froid dans le dos

Mort de Daniel Balavoine : ces nouvelles révélations qui font froid dans le dos
Daniel Balavoine sur le plateau d'une émission télé.

Après l'accident d'hélicoptère qui a coûté la vie à Daniel Balavoine, Dominique Fillon a été le premier à arriver sur les lieux du drame. Il a raconté ce terrible souvenir au micro d'Europe 1, mardi 14 janvier 2020.

Ce mardi 14 janvier marquait le 34e anniversaire de la mort de Daniel Balavoine, des suites du crash de son hélicoptère en marge du célèbre rallye Paris-Dakar. À cette occasion, Dominique Fillon - un ancien technicien d'Europe 1 qui a retrouvé la dépouille du chanteur -, s'est souvenu dans les détails de cette nuit cauchemardesque du 14 janvier 1986 au micro de Matthieu Belliard.

"Grâce aux instructions, on a découvert l'épave de l'hélicoptère dans nos phares. On est descendu avec les lampes de poche qu'on avait pour chercher dans les débris les personnes qui étaient là. On a reconnu tout de suite, parce qu'on les connaissait bien, Thierry Sabine, François-Xavier Bagnoud, qui était le pilote de l'hélico, Jean-Paul le Fur, qui était un copain de RTL, et puis après on avait deux cadavres que l'on identifiait pas", a-t-il d'abord expliqué.

Daniel Balavoine identifié grâce à ses papiers

Les deux dépouilles non-identifiées étaient celles de Daniel Balavoine et de la journaliste Nathalie Odent. "Le pompier qui était là s'est chargé de fouiller les cadavres pour trouver leurs papiers, et il a découvert que c'était Balavoine... On ignorait totalement sa présence dans l'hélico", a-t-il précisé. Quant à Nathalie Odent, elle a été reconnue plus tard puisqu'elle "n'avait pas de papiers". "On a gardé cette info toute la nuit. J'ai écouté Radio France en ondes courtes pour savoir si, par un autre canal, ils avaient pu l'apprendre. Mais personne ne savait", s'est-il remémoré.

Une expérience dramatique qui a traumatisé Dominique Fillon. "J'y pense tous les ans. Dans une vie professionnelle, être le témoin d'une chose comme ça, c'est extraordinaire. Dans le journalisme, il y a des histoires qui marquent plus que d'autres. Celle-ci m'a vraiment marqué", a-t-il conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.