Miss France : Laurent Ruquier appelle au boycott, Sylvie Tellier répond cash

Miss France : Laurent Ruquier appelle au boycott, Sylvie Tellier répond cash
Sylvie Tellier lors de la projection exceptionelle de "La Reine des Neiges 2 " au Grand Rex à Paris, le 13 novembre 2019.

En appelant au boycott du concours Miss France, Laurent Ruquier s'est attiré les foudres de la présidente du comité, Sylvie Tellier, et de Miss France 2019, Vaimalama Chaves.

Sur le plateau de l'émission On n'est pas couché, samedi 30 novembre 2019, Laurent Ruquier s'en est ouvertement pris au concours Miss France, après avoir évoqué la marche contre les féminicides et les violences faites aux femmes du 23 novembre. "Puisqu'il faut arrêter de regarder les femmes comme des objets, cesser de les juger sur leur physique, et systématiquement privilégier les plus jolies, je lance un appel : Boycottons cette année l'élection de Miss France, en plus c'est sur TF1 c'est très bien", a lancé l'animateur star de France 2, avant de qualifier le concours de "ringard".

Le monde des Miss s'insurge

Une déclaration choc qui a poussé la présidente du comité Miss France, Sylvie Tellier, à s'exprimer au micro de Europe 1, ce mardi 3 novembre. "Par contre, lorsque Laurent Ruquier appelle au boycott de l'élection Miss France sous prétexte qu'elle desservirait l'image de la femme, il me semble qu'il se trompe de combat", a-t-elle rétorqué. Et de poursuivre : "La définition du féminisme c'est d'oeuvrer pour l'égalité hommes-femmes et pour l'expansion du rôle de la femme dans la société. Alors lorsqu'il appelle à boycotter cette élection au nom du féminisme, j'ai envie de lui dire qu'en faisant cela il piétine le choix qu'ont fait plus d'un millier de jeunes femmes cette année en se présentant au concours."

Même son de cloche pour Vaimalama Chaves, Miss France 2019. "Féminisme : lutte pour l'égalité des droits H/F. Participer à Miss France est un choix, c'est l'expression de la liberté de choisir, du droit de s'exprimer de chaque candidates à l'élection. Pourquoi serait ce contraire au féminisme ?", s'est interrogée la belle Tahitienne sur son compte sur Twitter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.