Michèle Laroque a subi des "gestes déplacés" à 7 ans

Michèle Laroque a subi des "gestes déplacés" à 7 ans
Michèle Laroque au Festival international du film de comédie de l'Alpe d'Huez, le 16 janvier 2020.

De passage à Saumur, jeudi 5 mars 2020, pour présenter "Chacun chez soi", son deuxième film en tant que réalisatrice, Michèle Laroque est revenue sur le César remis à Polanski et sur un événement survenu pendant son enfance...

À l'occasion de son nouveau film, en salle le 22 avril, l'actrice et réalisatrice prend le temps de rencontrer son public. De ville en ville, elle parcourt la France pour la tournée promotionnelle de "Chacun chez soi", et c'est pendant son escale à Saumur qu'elle a choisi de se livrer à Ouest-France. Comme l'indique le journal, Michèle Laroque préfère retenir son jugement par rapport au César de Polanski et les polémiques qui l'entourent. "J'ai du mal à m'exprimer sur des faits de société dont je n'ai pas tous les éléments : je ne suis pas dieu, pas juge d'instruction", confie-t-elle. Mais comme le rappelle Ouest-France, "le cas Polanski s'inscrit dans un mouvement plus large de libération de la parole quant aux violences faites aux femmes". C'est dans ce cadre que l'actrice de 59 ans évoque un souvenir beaucoup plus personnel.

"Un monsieur a eu des gestes déplacés"

Ouest-France révèle que Michèle Laroque "n'a jamais connu de gestes déplacés dans le milieu du cinéma", cependant elle a vécu une expérience traumatisante étant petite et "cette réalité féminine, elle la connaît". La réalisatrice de "Brillantissime" révèle en effet avoir été victime de "gestes déplacés". "J'avais 7 ans. J'aurais préféré ne pas passer par là", confie-t-elle. Un événement qui l'a profondément marquée. L'actrice est toujours très méfiante envers les hommes : "J'ai eu des antennes toute ma vie. Je vois venir les hommes qui peuvent être dangereux pour moi. Je les évite."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.