Michel Sardou : sa fille est "toujours traumatisée" par son viol collectif

Michel Sardou : sa fille est "toujours traumatisée" par son viol collectif
Michel Sardou en concert au Palais Omnisports de Paris Bercy à Paris, le 12 décembre 2012.

Sur le plateau de C à vous, vendredi 13 décembre 2019, Michel Sardou est revenu sur le viol collectif de sa fille qui, selon lui, ne "s'en est jamais remise".

Ce vendredi 13 décembre, Michel Sardou était invité dans C à vous, présentée Anne-Elisabeth Lemoine sur France 5. Au cours de l'émission, l'animatrice l'a interrogé sur l'un des plus gros scandales de sa carrière musicale : sa prise de position en faveur de la peine mort par le biais de son single, Je suis pour, sorti en 1976. Le chanteur de 72 ans - qui a récemment avoué haïr notre époque - a alors reconnu "avoir commis une erreur" en choisissant ce titre qui raconte l'histoire d'un père voulant venger sa fille assassinée.

Un traumatisme à vie

Cette histoire fait malheureusement écho à un terrible drame vécu par sa famille : celui du viol collectif subi par sa fille Cynthia, il y a 20 ans. C'est pourquoi l'interprète des Lacs du Connemara n'a pas pu s'empêcher d'évoquer à nouveau cette tragédie sur le plateau. "La peine de mort, qu'on l'abolisse, tout à fait ! Mais qu'on libère un mec après dix ans ou quinze ans, et que la fille qui a été violée, tuée, ce que vous voulez... qui a eu une agression. Je parle parce que ma fille a eu le droit à ça. Et la justice a bien fait les choses. Quand j'entends des gens dire que la justice ne fait pas son travail... là ils l'ont fait", a-t-il d'abord expliqué.

Et Michel Sardou de conclure : "Mais elle s'en est jamais remise. Elle a plus de quarante ans aujourd'hui et elle est toujours cette fille traumatisée par un kidnapping et un viol. D'un seul coup on voit les mecs qui sortent trois heures après ! Alors je le ferais pas moi-même, je n'irais pas chercher un flingue pour l'abattre moi-même. Il y a des limites, y a des choses qui sont choquantes."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.