Michel Polnareff ne veut pas entendre parler de Pascal Obispo

Michel Polnareff ne veut pas entendre parler de Pascal Obispo
Michel Polnareff en concert pour la Fête de l'Humanite à La Courneuve, le 10 septembre 2016.

Azza Kamaria

Entre ces deux artistes, c'est une histoire d'amour à sens unique qui n'en finit plus. Si Pascal Obispo est un grand fan de Michel Polnareff, l'interprète de Goodbye Marylou, lui, a tendance à s'emporter quand on évoque le prénom de celui qui lui a dédié une chanson.

Michel Polnareff est de retour. Vingt-huit ans après la sortie de son album "Kâma-Sutra", l'idole des Français a dévoilé son nouvel album baptisé avec une pointe de second degré "Enfin !". Dans un des titres de l'album, Dans ta playlist, l'artiste de 74 ans chante "Si j'existe, c'est d'être dans ta playlist". Une phrase qui rappelle étrangement celle de Pascal Obispo qui chantait en 2004 "Si j'existe c'est d'être fan" en hommage à Polnareff. Cette ressemblance a été relevée par Libération dans un entretien avec l'interprète de La poupée qui fait non. Aussitôt, ce dernier s'est mis en colère et a déclaré : "Je ne vois pas ce qu'il vient faire là-dedans. Non seulement, je n'y ai pas pensé mais en vous écoutant je n'y pense toujours pas. (...) Vous êtes en train de dire que j'ai copié Obispo, c'est le monde à l'envers". Un commentaire qui provoquera la fin de l'interview.

Une histoire sans fin

Déjà en 2007, Michel Polnareff avait écarté Pascal Obispo de sa tournée.

Un choix qui a laissé un goût amer à l'interprète de Lucie. "Je ne suis pas sûr qu'il me soit reconnaissant d'avoir pu aimer ses chansons. Je suis halluciné, en fait. Ce n'est même pas que je sois déçu ou énervé, mais je suis halluciné qu'un mec dont j'ai chanté les chansons devant tout le monde (...) qui sont ensuite allés voir son spectacle grâce à moi, ne m'invite pas et qu'il y ait une liste noire ! (...) Ce mec est dingue, quoi !", avait confié ce dernier à la presse. Depuis, leurs rapports ne se sont visiblement pas améliorés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.