Michel Polnareff : ce prétexte qu'il aurait inventé pour reporter un concert

Michel Polnareff : ce prétexte qu'il aurait inventé pour reporter un concert
Michel Polnareff lors de la Fête de l'Humanité à La Courneuve, le 10 septembre 2016.

Roger Morizot, l'ancien régisseur de l'Olympia surnommé Doudou, vient de publier "Je les ai tous vus débuter" (Ed. de l'Archipel), un ouvrage dans lequel l'homme de 91 ans raconte les coulisses de la célèbre salle de spectacle parisienne de 1954 à 1988. Dans les colonnes du Parisien, mardi 16 mars 2021, il s'est laissé aller à quelques confidences sur certaines des célébrités qu'il a croisées au cours de sa carrière. Parmi elles, Michel Polnareff.

Surnommé Doudou parce qu'il "est gentil avec tout le monde", comme le note sa femme dans les colonnes du Parisien, Roger Morizot a été régisseur de l'Olympia pendant plus d'une trentaine d'années. Une carrière qui lui a permis de côtoyer de nombreuses stars de l'époque, qu'il raconte aujourd'hui dans le livre "Je les ai tous vus débuter" aux côtés de l'écrivain Emmanuel Bonini. Une idée qui lui avait été soufflée par Bruno Coquatrix. "Les vedettes t'aiment bien. Et il faudra bien qu'un jour, on sache ce qui s'est vraiment passé ici. Écris tout ça, je sais que tu ne me trahiras pas", lui avait confié le créateur de l'Olympia, comme le rapporte Le Parisien. Édith Piaf, Johnny Hallyday, Dalida, Gilbert Bécaud, Claude François ou encore Michel Polnareff : à l'occasion de la sortie du livre, Roger Morizot a fait quelques révélations au quotidien sur les vedettes qu'il a rencontrées.

"Chut, bois un coup, je t'expliquerai !"

Parmi ses nombreux souvenirs, l'ancien régisseur de l'Olympia a évoqué sa relation compliquée avec Michel Polnareff. "Il était bizarre. Il avait quelque chose à lui, je sentais que c'était un vrai artiste, un génie, et tous les génies sont bizarres", raconte Roger Morizot avant de revenir sur ce soir où l'interprète de Lettre à France aurait prétexté un mal au dos pour reporter un concert : "Les trois premières dates ont été supprimées. Mais un soir, je le croise en discothèque. Je lui dis, 'Tiens, tu n'as pas mal ? '", et le chanteur de répondre : "Chut, bois un coup, je t'expliquerai !". Une excuse que Michel Polnareff a prolongée le lendemain au grand dam de Bruno Coquatrix qui "se serait enfermé et plongé dans sa baignoire, le soir de la première, pour ne pas assister au concert", comme le détaille Le Parisien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.