Michel Leeb accusé de plagiat : la faute aux réseaux sociaux, "véritable venin"

Michel Leeb accusé de plagiat : la faute aux réseaux sociaux, "véritable venin"
Michel Leeb à l'avant-première de "Chacun sa vie" au cinéma UGC Normandie à Paris, le 13 mars 2017.

Fabien Gallet

En 2017, l'humoriste a fait face aux accusations de plagiat lancées par un certain CopyComic dans des vidéos postées sur YouTube. Interrogé par le journal La Provence, Michel Leeb a une nouvelle fois fait part de son mécontentement, non sans véhémence.

Gad Elmaleh, Tomer Sisley, Malik Bentalha, Jamel Debbouze, Arthur... tous ont été la cible de CopyComic, un internaute anonyme qui, sur sa chaîne Youtube, partage des vidéos dans lesquelles il met en évidence les emprunts, inspirations ou tout simplement les plagiats de certains humoristes. Il y a près de deux ans, Michel Leeb aussi en a fait les frais. CopyComic montrait des similitudes entre ses gags et ceux de Jerry Lewis et Danny Kaye. Dans la foulée, celui à qui l'on doit le sketch "La machine à écrire" avait démenti le plagiat, confiant au Monde avoir rendu un simple "hommage" aux deux Américains.

"L'anonymat permet de balancer des horreurs"

Dans une interview accordée à La Provence le 14 août 2019, Michel Leeb a réitéré, précisant que, pour lui, ces affaires de plagiat qui entachent le monde de l'humour français depuis quelques mois ne sont rien que "des c*nneries véhiculées par les réseaux sociaux". À ses yeux, ces derniers sont d'ailleurs "de la m*rde", et incarnent plus "un déversoir de haine, un véritable venin".

L'humoriste en a également profité pour adresser plusieurs piques à CopyComic, sans pour autant citer son nom. S'il juge qu'il y a bel et bien "des choses indispensables dans les réseaux sociaux", il "préférerai(t) que tout soit régulé, histoire d'en finir avec l'anonymat qui permet de balancer des horreurs". L'identité de son accusateur est toujours inconnue. Accusé il y a quelques mois, Kheiron avait nié se cacher derrière le masque de ce "justicier".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.