Michel Drucker : son stress face au coronavirus

Michel Drucker : son stress face au coronavirus
Michel Drucker lors du gala au profit de l'association Princesse Margot à Paris, le 25 Novembre 2018.

Michel Drucker ne l'a jamais caché : il est de nature hypocondriaque. Et en période de pandémie, l'animateur de Vivement dimanche est encore plus anxieux que d'ordinaire. Invité par Jean-Marc Morandini sur le plateau de CNews, il a raconté comment il a fait face à sa crainte de contracter le coronavirus.

On savait que Michel Drucker avait passé un confinement très strict mais on ignorait à quel point. Dans l'émission Morandini Live, vendredi 22 mai 2020 sur CNews, le présentateur de 77 ans a détaillé à son confrère Jean-Marc Morandini comment il a surmonté cette période anxiogène.

Michel Drucker n'a pas pris la situation à la légère : "Les gestes barrières, les gants, les masques, se laver les mains, j'ai fait tout ce qu'il fallait, même un peu plus. J'avais des gants tout le temps" a-t-il expliqué sur CNews avant d'ajouter : "Moi j'ai toujours eu peur de la maladie. Je suis un grand anxieux, je suis un grand nerveux.Dès que je commençais à avoir une quinte de toux ou un problème respiratoire (...) je prenais ma température trois fois par jour"

"Il va y avoir de plus en plus d'hypocondriaques"

Mais si la situation l'a rendu particulièrement anxieux, Michel Drucker s'estime cependant chanceux d'avoir été confiné loin des zones les plus touchées par l'épidémie : "J'ai eu une chance énorme d'être dans une zone qui était assez verte dès le départ, qui est le sud de la France (...) C'est vrai qu'on a été plutôt protégés. J'ai eu beaucoup de chance." Une période qui a également ému l'animateur star de France 2, fils et frère de médecin : "Ce qui m'a beaucoup frappé, c'est le courage des personnels soignants, des infirmières. Comme tout le monde, j'ai été bouleversé par les applaudissements tous les soirs à 20h." Pour celui dont la mort avait été annoncée par erreur en 2018, cette pandémie risque de laisser des traces : "Moi, je pense qu'il va y avoir de plus en plus d'hypocondriaques en France."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.