Michel Cymès parle de sexologie et s'étonne encore du discours des jeunes

Michel Cymès parle de sexologie et s'étonne encore du discours des jeunes
Michel Cymes à la 21e édition de la Forêt des livres à Chanceaux-prés-Loches, le 28 août 2016.

Sur le plateau de C à vous, Michel Cymès, le docteur préféré du PAF, s'est exprimé au sujet de son nouveau livre "Sur l'amour". Au micro d'Anne-Élisabeth Lemoine, et aux côtés de la coauteure Patricia Chalon, le médecin est revenu sur les lacunes des jeunes en matière d'éducation sexuelle.

Celui qui est très ami avec Marina Carrère d'Encausse, mais pas plus, a cosigné avec Patricia Chalon, psychologue et journaliste, un livre sur la sexologie. Disponible en kiosque depuis le 7 octobre aux éditions Stock, le livre "Sur l'amour" rassemble notamment des témoignages de personnes de tout bord pour évoquer la sexualité et ses mystères. Présent sur le plateau de C à vous, mercredi 21 octobre 2020, le docteur a une bonne fois pour toutes cassé les idées reçues.

Ce n'est pas la première fois que le compagnon d'Adriana Karembeu dans Les pouvoirs extraordinaires du corps humain s'attaque à la sexologie et à l'éveil des sens. Sur France 5, il a rappelé son approche du sujet en confiant une anecdote de son adolescence : "C'est très important pour toutes les jeunes filles qui nous écoutent. Pendant des années, les clitoridiennes et vaginales... La question qu'on se posait entre jeunes, c'était : 'Ah ouais, t'as couché avec elle ? Elle est clitoridienne ou vaginale ?' C'est la question qu'on se posait, c'était dingue !"

"Dire qu'une femme est clitoridienne ou vaginale est une aberration"

Et Michel Cymès de compléter sur les connaissances scientifiques en la matière : "On pensait qu'il y avait juste le petit bouton. Maintenant, on sait qu'il y a le petit bouton en haut et puis il y a les branches qui sont le long des lèvres. Quand il y a pénétration, c'est bien le clitoris qui est excité et qui entraîne l'orgasme, et non pas le petit bouton, sur lequel on peut effectivement aussi s'appuyer pour donner un plaisir." Anne-Élisabeth Lemoine d'ajouter avec humour : "Oui, il ne faut pas non plus laisser tomber le petit bouton !"

La coauteure Patricia Chalon a complété les dires de Michel Cymès en rappelant à quel point les femmes peuvent ne pas bien connaître leur propre corps : "Pour voir notre sexe, il n'y a pas d'autre moyen que de le regarder."Elleexplique notamment : "Quand vous demandez aux gynécologues combien de femmes connaissent leur sexe, l'ont déjà vu, c'est dramatique. Elles ne le connaissent pas." Et de conclure, agacée, que "le clitoris, ce n'est pas un petit bouton. Dire qu'une femme est clitoridienne ou vaginale est une aberration".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.