Match de sumos, bière... Jean-Louis Debré raconte "son Chirac"

Match de sumos, bière... Jean-Louis Debré raconte "son Chirac"
Jacques Chirac et Jean-Louis Debré à Saint-Tropez, en 2008.

Lundi 18 mars à 20h30, la chaîne parlementaire LCP diffusera "Mon Chirac", un documentaire dans lequel Jean-Louis Debré revient sur sa longue amitié avec l'ex-chef de l'État.

Dans le documentaire intimiste de 52 minutes intitulé "Mon Chirac", Jean-Louis Debré, ancien ministre de l'Intérieur, dépeint un portrait tendre et touchant de son grand ami Jacques Chirac, aux côtés duquel il a traversé une cinquantaine d'années de vie politique et amicale. Le film retrace les passages de l'ancien président à l'Élysée et dévoile un personnage drôle, féru de culture asiatique.

Passionné de combats de sumos

Véritable mordu du sport national nippon, Jacques Chirac - qui s'est rendu au Japon pas moins de 50 fois tout au long de sa carrière - faisait si possible, coïncider les dates de ses séjours dans l'archipel avec celles des tournois. Et s'il ne pouvait y assister, l'ex-président se débrouillait pour les visionner d'un poste de télévision, en France. Dans le documentaire, Jean-Louis Debré raconte notamment comment ce dernier le convoquait le dimanche matin à l'Élysée pour regarder des matchs de sumos à la télévision.

Un bon vivant

L'ancien ministre de l'Intérieur s'épanche également sur l'amour de l'ancien chef de l'État pour la bière. "Tu sais, j'ai un président, s'il n'a pas sa bière, demain je ne suis plus ministre", avait-il déclaré à un homologue tunisien alors que l'époux de Bernadette Chirac était en quête de bière lors d'un voyage officiel en Tunisie, chez Ben Ali.

Un homme cultivé

"Il n'étalait pas sa culture, il mettait même un point d'honneur à faire celui qui ne connaissait rien du tout", raconte François Pinault, qui intervient aussi dans le documentaire. Pourtant, l'homme d'affaires se souvient d'une visite au musée national de Pékin où "à la fin, c'est lui (Jacques Chirac, ndlr) qui a expliqué les oeuvres au conservateur".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.