Marlène Schiappa : son style taxé "d'aguicheur", elle répond

Marlène Schiappa : son style taxé "d'aguicheur", elle répond
Marlène Schiappa au Palais de l'Élysée à Paris, le 16 avril 2018.

En couverture le 4 octobre 2019 du magazine Elle, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a révélé avoir modifié son style vestimentaire pour échapper aux critiques.

Être une personnalité publique n'est pas simple tous les jours, Marlène Schiappa ne le sait que trop bien. Dans une longue interview accordée à Elle, la secrétaire d'État a évoqué les nombreuses critiques qu'elle a pu lire à son égard, regrettant que celles-ci s'intéressent plus à son look qu'à ses prises de position. "Quand j'ai été nommée au gouvernement, une foule d'articles ont été écrits à mon sujet dans lesquels je ne me reconnaissais pas du tout. N'étaient évoqués que mes cheveux, mes bijoux, mon maquillage", a-t-elle ainsi expliqué, avant de révéler que ces commentaires l'ont forcée à repenser sa manière de s'habiller.

"Ma coquetterie, c'est pour me faire plaisir"

Pour ce faire, celle qui a réaffirmé se sapiosexualité a "sollicité une amiecoach" qui lui a conseillé de se "forger, pendant deux-trois mois, un style très austère, afin que les commentateurs soient obligés de parler du fond, et non plus de la forme", et ainsi gagner en "crédibilité". Une méthode qu'elle a appliquée mais qu'elle regrette : "Ce n'est pas parce qu'une femme porte des créoles ou du rouge à lèvres qu'elle ne maîtrise pas ses dossiers : il faut encore le prouver en 2019 !"

D'ailleurs, elle a avoué être particulièrement remontée contre les "articles qui (l)'ont décrite comme une aguicheuse" : "Je n'aguiche personne, je m'en fiche. Ma coquetterie, c'est pour me faire plaisir." Un plaisir qui remonte à son enfance : "J'ai toujours été hyper maquillée.Je piquais le Elle de ma tante quand j'étais petite. Elle était mon modèle, très féminine, maquillée, avec toujours un rouge à lèvres assorti à son vernis à ongles..."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.