Mallaury Nataf : après plus de trois ans de vie dans la rue, elle n'est plus SDF

Mallaury Nataf : après plus de trois ans de vie dans la rue, elle n'est plus SDF
Mallaury Nataf lors du 58e Festival de Cannes, le 19 mai 2005.

Star du petit écran dans les années 1990, l'actrice a déchanté ces dernières années, entre problèmes familiaux, financiers et de santé. Une descente aux enfers qui l'a conduite jusque dans la rue. Heureusement, les choses semblent s'être arrangées.

L'héroïne des séries "Le Miel et les Abeilles" et "Sous le soleil" diffusées sur TF1 révélait en 2012 dans les locaux du journal Le Parisien vivre dans la rue depuis près d'un an. Un problème de taille qui lui vaudra la perte de la garde de ses enfants. Depuis, les nouvelles de Mallaury Nataf n'ont jamais été des plus réjouissantes. L'an dernier son ancien producteur, Jean-Luc Azoulay, tirait même la sonnette d'alarme : "Elle ne donne de signe de vie à personne." Quelques mois ont passé et la principale intéressée est enfin sortie du silence, accordant une interview au magazine Public, en kiosque vendredi 31 août 2018. Un entretien dans lequel elle assure ne plus vivre dans la rue.

"Je vis au jour le jour"

"Ça fait dix-huit mois que je suis sortie de la rue et neuf mois que je vis dans un appartement trouvé sur le site du Bon Coin, en proche banlieue parisienne", explique la comédienne de 46 ans avant de préciser : "Je vis au jour le jour. Quand tu es dans un puits et que tu n'as pas d'échelle, c'est compliqué d'en sortir. Mais je suis résistante." Au final, Mallaury Nataf aura été SDF "trois ans et demi, étalés sur une période de cinq ans". Un laps de temps au cours duquel elle a toutefois été épaulée par des gens "extrêmement généreux".

Tout le contraire de son ancien producteur, Jean-Luc Azoulay, qui selon elle n'a pas été honnête. "'Le Miel et les Abeilles' a été à l'antenne pendant près de vingt ans et je n'ai rien perçu pour les rediffusions. Ce monsieur ne m'a jamais tendu la main", assure l'actrice.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.