Maïwenn raconte son enfance difficile : "Un père violent et une mère absente"

Maïwenn raconte son enfance difficile : "Un père violent et une mère absente"
Maïwenn Le Besco lors du 35e Festival du Film Américain de Deauville, le 12 septembre 2009.

Dans les colonnes de Télérama, Maïwenn s'est livrée sur son passé et a évoqué son enfance troublée passée auprès de parents sévères et violents. L'actrice et réalisatrice de 44 ans a confié les difficultés qu'elle a eues à se construire dans ce foyer autoritaire.

Aujourd'hui actrice et réalisatrice reconnue, notamment grâce aux films "Polisse", "Mon Roi", "Pardonnez-moi" ou encore à son rôle dans "Le Cinquième Élément", Maïwenn Le Besco n'a pas choisi de faire carrière dans le spectacle. Comme elle l'a confié à Télérama le 1er septembre 2020, c'est sa mère qui l'a poussée à devenir actrice, sans lui demander son avis.

En 2002, dans les pages de Libération, l'agente artistique Myriam Bru témoignait déjà au sujet de la maman de Maïwenn, l'actrice Catherine Belkhodja : "Sa mère n'avait pas fait de carrière et voulait à tout prix qu'elle soit actrice. À trois ans, elle la traînait dans tous les castings (...) J'ai refusé d'être son agent. Je sentais trop le désir de la mère et pas assez celui de l'enfant." Aujourd'hui, celle qui a fait ses premiers pas au cinéma à six ans dans "L'Été meurtrier" revient sur son enfance mouvementée : "De la part de mes parents, il n'y a eu ni soutien, ni fierté, ni amour. J'ai grandi sur une planche pourrie avec un père violent et une mère souvent absente de notre appartement de Belleville, où je m'occupais de mes frères et soeurs."

"Elle voulait absolument que je sois actrice, alors que je voulais seulement ressembler à Madonna"

Maïwenn a une nouvelle fois confirmé que devenir comédienne ne faisait alors pas partie de ses projets : "Elle voulait absolument que je sois actrice, alors que, comme toutes les autres gamines, je voulais seulement ressembler à Madonna." Et lorsque ses parents se sont séparés, l'actrice confie que c'est sur elle que son père a décidé d'extérioriser sa colère. En 2011, elle confiait à L'Obs : "Après la séparation de mes parents, mon père trouvait que j'étais la réincarnation de ma mère. Il la frappait, quand ils étaient ensemble. Quand elle est partie, il s'est mis à me frapper moi. Je devais avoir 7 ou 8 ans."

Un passé douloureux dont on peut retrouver la trace dans les films réalisés par Maïwenn. Des longs-métrages à la fois très violents et bouleversants mais aussi extrêmement touchants et justes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.