Magloire : victime de grossophobie, il témoigne

Magloire : victime de grossophobie, il témoigne
Magloire au défilé automne/hiver de la maison Dice Kayek au Palais de Tokyo à Paris, le 10 juillet 2014.

Dans l'interview intimiste d'Evelyne Thomas sur Non Stop People, jeudi 5 novembre 2020, Magloire est revenu sur les propos grossophobes dont il a fait l'objet, notamment lors de son passage dans une "très grosse radio française".

À l'automne 2019, Magloire était l'invité de Jordan de Luxe sur Non Stop People. L'animateur télé s'est alors confié sur son engagement contre la grossophobie : "Ce qui m'a beaucoup aidé, c'est l'action que je mène avec la mairie de Paris dans la lutte contre la grossophobie. Cela m'a beaucoup dérangé. Que l'on puisse m'attaquer non pas sur ma couleur de peau, mes excentricités, ma vie ou sur mon métier, mais sur mes kilos et de façon ouverte. Alors, je me suis dit, si à moi on le fait, on le fait aussi à beaucoup de gens [...] En m'interrogeant beaucoup et en rencontrant beaucoup de jeunes femmes, je me suis rendu compte que c'était une vraie souffrance et que la grossophobie court toujours." Par la suite, il a mis sur pied un court-métrage sur le sujet "Grossophobia", en collaboration avec jeunes de Tarnos. Jeudi 5 novembre, Magloire est revenu sur la grossophobie dont il est victime auprès d'Evelyne Thomas.

"On ne me reproche pas d'être noir, on ne me reproche pas d'être homosexuel, on me reproche d'être gros"

"Cette discrimination-là - comme toutes les autres - elle n'était pas nommée. Elle existe pourtant. Je suis obèse, j'ai un statut particulier depuis 20 ans, mais il m'arrive encore... On ne me reproche pas d'être noir, on ne me reproche pas d'être homosexuel, on me reproche d'être gros", explique Magloire à Evelyne Thomas sur Non Stop People. De passage sur une "très grosse radio française" il y a peu, Magloire a été victime d'attaques grossophobes, comme il en témoigne : "Un homme s'est permis de m'insulter à l'accueil, ça m'a fait pleurer. Il m'a dit que j'avais encore bouffé le chien. Je n'ai pas trouvé ça super, ça m'a fait pleurer comme un enfant. De là, j'ai dit stop."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.