Louise Bourgoin parle d'amour et évoque son couple avec Tepr

Louise Bourgoin parle d'amour et évoque son couple avec Tepr
Louise Bourgoin au Festival du Film Francophone d'Angoulême, le 30 août 2020.

C'est dans les colonnes de Marie Claire que Louise Bourgoin a fait de rares confidences sur sa vie de couple le 6 octobre 2020. Au cours de cet entretien, la comédienne a fait le récit de sa rencontre avec son compagnon Tanguy Destable, plus connu sous le pseudo de Tepr. La star a également dévoilé ce que la période de confinement avait changé pour elle et son conjoint.

À l'affiche du film "L'Enfant rêvé" depuis le 7 octobre dernier, Louise Bourgoin a accordé une interview au magazine Marie Claire pour évoquer ce nouveau long-métrage qui traite d'un drame familial, mais aussi parler d'elle et de son couple. Du soir où elle a "chopé" en discothèque celui qui est aujourd'hui le père de ses enfants au confinement, l'actrice de 38 ans s'est livrée sans réserve sur sa vie amoureuse.

Avant de rencontrer Tepr, Louise Bourgoin avoue avoir eu des relations avec "des hommes qui étaient très beaux", qui auraient selon elle leur place dans un "calendrier Pirelli au masculin", mais la plastique ne fait pas tout, et il manquait alors à l'ex-miss météo l'étincelle qui ferait battre son coeur. "J'ai été une fille un peu seule, en attente du grand amour", confesse-t-elle avant d'expliquer que c'est en boîte de nuit qu'elle a fini par le trouver : "Je me suis imposé de ne plus aller en boîte après 30 ans. Au-delà, je trouve ça pathétique. J'y allais pour choper et une fois le bon chopé, je n'avais plus de raison d'y aller."

Le confinement a "consolidé" son couple

Pendant le confinement, les deux artistes qui s'aiment depuis plus de cinq ans ont eu l'occasion de faire évoluer leur relation : "Nous nous sommes rendu compte qu'il allait falloir lâcher du lest sur nos défauts respectifs si l'on voulait traverser le confinement sans encombre, car entre mes tournages et son boulot tout aussi prenant, nous ne sommes pas toujours ensemble. (...) Cette acceptation de nos défauts mutuels n'a finalement rien de provisoire, et réaliser cela a consolidé notre relation." Un soulagement pour celle qui confiait sur les ondes d'Europe 1 en mars dernier qu'elle avait peur que cette période si particulière n'érode son couple : "J'ai très peur de fatiguer mon conjoint. (...) J'ai très peur qu'au bout de 45 jours, il sorte dans la rue pour attraper volontairement le coronavirus !" Aujourd'hui rassurée, la comédienne perçoit l'amour "comme une sorte de trajet à long terme avec des chemins plus ou moins sinueux".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.