Lou Doillon : Jane Birkin "a l'air d'un animal qu'on envoie à l'abattoir"

Lou Doillon : Jane Birkin "a l'air d'un animal qu'on envoie à l'abattoir"
Jane Birkin et Lou Doillon au 60e Festival de Cannes, le 21 mai 2007.

Azza Kamaria

Depuis la sortie de son troisième album "Soliloquy" et le début de sa tournée événement qui passera par l'Olympia, Lou Doillon et sa carrière se portent à merveille. À cette occasion, la chanteuse a été invitée à prendre la pose en couverture du dernier numéro de Vanity Fair (avril 2019).

Dans un long entretien accordé au magazine Vanity Fair, Lou Doillon a évoqué sa relation avec sa mère, Jane Birkin, et cette distance qui existe entre elles. "Je l'ai toujours vue et aimée, mais il n'y a jamais eu de fusion. Je l'ai toujours regardée et j'aime cette place-là. Je n'ai jamais voulu prendre sa place, être dans ses souliers", a-t-elle livré dans cet entretien rythmé par des confessions en toute sincérité.

"Tout le monde m'appelle pour me dire qu'elle est mourante"

Ce qui touche le plus Lou Doillon, c'est le subtil mélange de force et de fragilité qu'incarne Jane Birkin. "Ma mère est un phénix convaincu qu'elle ne renaîtra jamais de ses cendres... Quand elle part au défilé Gucci, elle est persuadée qu'elle ne s'en remettra pas. Tout le monde m'appelle pour me dire qu'elle est mourante", a-t-elle raconté.

Et de poursuivre : "Je suis en panique. Elle arrive, elle me regarde. Pendant un quart d'heure, je la fixe, je lui envoie tout ce que je peux, tout l'amour du monde, dans le regard, dans le coeur. Elle a l'air d'un animal qu'on envoie à l'abattoir. Je suis en sueur, je suis en colère contre tout le monde. (...) Et puis, au moment où je ne tiens plus, elle se lève, se met à chanter. (...) Et elle lève le bras vers moi, elle sourit, elle me dit que c'est grâce à moi qu'elle a tenu."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.