Lio, femme battue : comment sa soeur Helena Noguerra l'a aidée

Lio, femme battue : comment sa soeur Helena Noguerra l'a aidée
Lio au photocall du défilé de mode PAP printemps-été 2020 "Saint Laurent" à Paris, le 24 septembre 2019.

En 2013 auprès de Paris Match, Lio était revenue sur le tragique épisode conjugal qu'elle avait connu et durant lequel elle avait été battue. Elle avait expliqué comment sa soeur l'avait sauvée de cette atroce spirale où elle était violentée par le père de ses filles jumelles.

À l'occasion de l'anniversaire de la chanteuse belge, qui a soufflé ses 58 bougies le 17 juin 2020, Gala est revenu sur les révélations qu'elle avait faites en 2013 dans Paris Match. Elle expliquait qu'elle serait morte sans sa soeur, Helena Noguerra, actrice et chanteuse également.

Retrouvez les tubes de Lio sur Deezer.

Banana spleen pour Lio, l'habituelle enjouée

Lio était prise au piège de la culpabilisation face à son compagnon de l'époque. Elle déclarait à Paris Match à ce sujet : "J'étais dans le déni, je lui trouvais des excuses : 'Ce n'est pas de sa faute. Il a été battu lui-même. C'est un enfant de la rue.' C'est moi, au contraire, qui culpabilisais."

L'interprète de Banana Split est aujourd'hui mère de six enfants, dont Léa et Garance les jumelles nées en mai 1999. Ses enfants sont nés de quatre pères différents, avec qui les ententes sont toutes bonnes excepté, bien sûr, avec l'homme de toutes ses angoisses. Elle précisait dans l'interview : "Je me suis enfuie de la maison avec mes enfants, tellement j'avais peur ! Je me cachais de meublé en meublé, ne restant jamais longtemps au même ­endroit par crainte qu'il ne retrouve ma trace. Nubia, qui n'avait que 11 ans à l'époque et était provisoirement retournée vivre chez son père, prenait le métro, où que je sois dans Paris, pour venir m'aider chaque jour jusqu'à 22 heures. J'étais terrorisée. Je n'avais même pas d'argent pour remplir mon chariot."

"Cela a été la période la plus dure de ma vie. À un moment, ma mère m'a même laissé son deux-pièces pour que je puisse m'y installer avec les enfants, et elle est partie vivre chez ma soeur, Helena", poursuivait-elle avant de développer sur celle qui l'a sauvée : "Je l'appelle ma petite grande soeur, elle qui a sept ans de moins que moi ! Sans elle, sans son regard sur moi lorsque j'étais battue, sans son coup de fil à SOS Femmes battues, je serais morte. C'est elle qui m'a sauvé la vie. Je lui dois tant !"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.