Lio accuse Serge Gainsbourg d'être le "Weinstein de la musique"

Lio accuse Serge Gainsbourg d'être le "Weinstein de la musique"
Lio à l'enregistrement de l'émission Vivement Dimanche, le 25 avril 2012.

Dans un épisode de cinquante minutes de la série de podcast "Transmission" d'Arte Radio, l'artiste a sorti les griffes pour dénoncer un monument de la chanson française. Mercredi 9 septembre 2020, le Don Juan gouailleur qu'est Serge Gainsbourg en a pris sérieusement pour son grade.

Après avoir poussé un coup de gueule à l'encontre de la justice française puis révélé qu'elle est abstinente depuis ses cinquante ans, Lio surprend avec une nouvelle prise de parole sans tabou. Pour l'interprète de Fallait pas commencer, l'ancien mari de Jane Birkin a totalement sa place sous le hashtag #MeToo. Elle explique : "Aujourd'hui, j'en suis revenue de Gainsbourg, qui est un harceleur tout simplement, quelqu'un de pas du tout cool avec les filles et qui était un Weinstein de la chanson, d'une certaine manière. Gainsbourg est devenu un aristocrate de la chanson française, mais je ne vais pas forcément l'adouber."

"France Gall a été abusée par des adultes sans respect et c'est un viol"

Pour étayer ses propos, elle dévoile avoir été témoin de l'attitude nocive du père de Charlotte Gainsbourg : "J'ai vécu en direct ses comportements plus que spécieux envers les jeunes femmes et son manque de regard réel qu'il avait. Mais à l'époque, je trouvais cela très intéressant ce qu'il écrivait pour les femmes que ce soit pour Zizi Jeanmaire, France Gall, pour Jane Birkin."

Celle qui vient d'évoquer sa prise de position contre Bertrand Cantat dans l'affaire Marie Trintignant, mercredi 16 septembre sur France Inter, a poursuivi en prenant l'exemple des fameuses Sucettes à l'anis : "À la différence de Gainsbourg, Jacques Duval (le parolier de Lio, ndlr) ne s'est jamais foutu de moi (...) On était ensemble, on était sur le même terrain de jeu (...) Tandis que clairement France Gall a été abusée par des adultes (pour cette chanson, ndlr) sans respect et c'est un viol. Et elle l'a ressenti comme ça et c'est légitime. Et que le métier en rit, ça c'est inacceptable, pour moi. Je suis profondément du côté de France Gall."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.