Léa Salamé, jugée agressive : "Ce n'est pas juste !"

Léa Salamé, jugée agressive : "Ce n'est pas juste !"
Léa Salamé à la soirée de remise du Prix Philippe Caloni 2018 à la Scam à Paris, le 19 février 2019.

Aurélie Ngambi

Lors d'un entretien accordé à Gala, Léa Salamé dévoile une facette méconnue de sa personnalité, bien loin de l'image dure et froide qu'elle peut parfois renvoyer à la télévision.

Léa Salamé s'est confiée à Catherine Ceylac dans une interview exclusive pour le magazine Gala, en kiosque dès le 14 mars 2019. La journaliste de 39 ans évoque notamment l'image négative qu'elle a pu renvoyer en tant que chroniqueuse et présentatrice télé. Une image qui reste désormais ancrée dans l'esprit des gens. "Quand on dit que je suis agressive, chaque fois, cela me touche", avoue-t-elle, avant de reconnaître que "cela a pu être vrai", mais que c'est désormais de l'histoire passée. "Je me dis que personne n'a perçu qu'il y avait eu un changement", déplore-t-elle.

Un déclic après l'interview d'Alain Juppé

Dans la foulée, Léa Salamé explique que son changement de comportement a eu lieu grâce à un message virulent envoyé par sa mère, à la suite de son échange musclé avec Alain Juppé sur le plateau de L'émission politique sur France 2. "Ce jour-là est mon pire souvenir d'interview. (...) Après le direct, m'a mère m'a envoyé un long mail de critiques. 'Tu as été mauvaise, agressive, arrogante', m'a-t-elle écrit. Elle avait raison sur toute la ligne, même si sur le moment, je l'avais mal pris. J'avais été nulle, je voulais marquer mon territoire. (...) À partir de là, j'ai changé", confie-t-elle en toute transparence.

Par la suite, la compagne Raphaël Glucksmann laisse apparaître un côté plus vulnérable de sa personnalité. "J'écoute les critiques, contrairement à l'image que l'on peut avoir de moi (...). Lorsque j'entends 'Léa, c'est l'assurance', ce n'est pas vrai ! Je suis une montagne de doutes", assure-t-elle, avant de poursuivre avec franchise : "Ensuite, j'ai compris que les femmes essuient toujours ce genre de reproches. Quand Jean-Jacques Bourdin pose la même question que moi, on parle de pugnacité, on dit qu''il en a'. En revanche, quand il s'agit d'une femme, on parle d'agressivité. Ce n'est pas juste ! Je me bats contre ça."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.