Le prince Charles est accusé de promouvoir le "charlatanisme"

Le prince Charles est accusé de promouvoir le "charlatanisme"
Le Prince Charles lors d'une visite de The Bank Buildings à Belfast, le 22 mai 2019.

Depuis qu'il soutient publiquement l'homéopathie, le fils de la reine Elizabeth II doit faire face aux critiques de bon nombre de Britanniques. Selon le Guardian, sa position ferait de plus en plus polémique.

L'héritier du trône britannique est-il le roi des charlatans ? C'est en tout cas ce qu'estiment certains professionnels de la santé depuis plusieurs années et plus encore depuis que le prince de Galles est devenu parrain de The Faculty of Homeopathy, une structure vantant les mérites des médecines alternatives, ce que révèle le Guardian, dans un article publié mardi 25 juin 2019. Car l'homéopathie n'est pas bien vue dans le pays. Preuve en est, un comité de la Chambre des communes l'ayant même considérée comme "scientifiquement invraisemblable" et Sally Claire Davies, responsable des services médicaux au Royaume-Uni, l'a qualifiée de "bêtise".

Un "ennemi du progrès" ?

La position du prince Charles indigne donc de nombreux acteurs du milieu de la santé à l'image de Michael Marshall, directeur de la Good Thinking Society : "C'est choquant de se dire que le prochain monarque du Royaume-Uni croit qu'il est approprié d'utiliser son influence pour en faire la promotion." De son côté, selon le site de Sky News, Edzard Ernst, professeur émérite à l'Université d'Exeter voit le père des princes William et Harry, comme un "ennemi du progrès en matière de soins et de santé" et estime que ce dernier fait la "promotion du charlatanisme".

Quand bien même, le prince Charles reste, lui, convaincu de l'utilité de l'homéopathie. Cependant, il ne compte pas faire du lobby une fois sur le trône. C'est ce qu'il expliquait en tout cas à la BBC peu avant son 70e anniversaire, en novembre 2018 : "Je ne suis pas aussi stupide. Je me rends compte que c'est un exercice différent d'être souverain."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.