Le concours Miss France jugé sexiste, Sylvie Tellier s'indigne

Le concours Miss France jugé sexiste, Sylvie Tellier s'indigne
Sylvie Tellier lors du défilé de mode Haute-Couture printemps-été 2020 "Jean-Paul Gaultier" au théâtre du Châtelet à Paris, le 22 janvier 2020.

Dans un rapport du Haut Conseil à l'égalité femmes-hommes consacré au sexisme dans les médias et remis à Marlène Schiappa, lundi 2 mars 2020, le concours Miss France n'est pas épargné. De quoi faire monter au créneau la directrice générale de la société.

L'élection Miss France diffusée sur TF1 est-elle vraiment une "caricature archaïque", aux critères de participation "discriminatoires" ? C'est en tout cas ce que laisse entendre le récent rapport du Haut Conseil à l'égalité femmes-hommes remis à la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes. Un compte-rendu qui estime que l'émission "normalise la femme objet" et "l'enferme dans des stéréotypes" (femme non-mariée, sans enfant....).

Un "tissu d'approximations et de partialité"

Des accusations auxquelles Sylvie Tellier a répondu dans une interview accordée à Puremedias.com, jeudi 5 mars. Celle qui gère le concours de beauté depuis 2007 estime que "ce rapport n'offre pas la réalité de ce qu'est le concours 'Miss France' aujourd'hui" et n'est qu'un "tissu d'approximations et de partialité". À l'image d'Alexia Laroche-Joubert qui a récemment défendu Koh-Lanta - également pointé du doigt - l'ex-reine de beauté a mis les points sur les 'i' : "Que l'on puisse juger que le programme est intéressant ou non, c'est une chose. Mais il ne faut pas oublier que l'on peut se servir du concours 'Miss France' pour faire passer des messages et c'est dans ce sens-là que nous travaillons depuis des années. Nous nous sommes notamment engagés contre les violences faites aux femmes."

Sylvie Tellier est aussi "révoltée" par le fait que "l'on parle d'instrumentalisation sexuelle". Et de préciser : "Il est extrêmement réducteur de réduire (le concours) à de seuls critères physiques. La beauté, c'est l'élégance d'une femme, son intelligence, son intelligence de coeur, son charisme et, bien évidemment, ses atouts physiques, des critères très suggestifs."

Ce rapport va-t-il pousser la société Miss France à multiplier les changements ? "Le règlement évolue tous les ans, a assuré sa directrice générale. Depuis mon arrivée en 2005, j'ai fait évoluer la taille minimum requise, l'âge maximum... J'aimerais d'ailleurs connaître les sources puisque le rapport affirme que nous interdisons les piercings et tatouages, alors que ça fait déjà plusieurs années qu'ils sont autorisés."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.