Laurence Ferrari évoque le suicide de sa mère pour la première fois

Laurence Ferrari évoque le suicide de sa mère pour la première fois
Laurence Ferrari à la 43e cérémonie des Cesar à la Salle Pleyel à Paris, le 2 mars 2018.

Laurence Ferrari s'est confiée sur une expérience traumatisante dans une interview accordée à Paris Match (en kiosque le 28 novembre 2018) : le suicide de sa maman, alors qu'elle n'avait que 22 ans.

C'était en 1989 et depuis Laurence Ferrari a gardé le secret sur ce drame familial. Dans un entretien avec sa fille Laetitia, âgée de 22 ans, et retranscrit dans les pages de Paris Match, la journaliste de CNews s'est livrée sans filtre sur le suicide de sa mère. Après de nombreuses années de secret et de pudeur, cette dernière a décidé de lever le voile à la demande de sa fille, étudiante en cinéma, qui réalise actuellement un documentaire intitulée "L'Absente".

"Aujourd'hui on parle de bipolarité"

Quand Laurence Ferrari évoque sa défunte mère, elle parle d'abord d'une personne "très belle, solaire, avec une vie sociale très riche". Mais "ça, c'était elle durant ses phases lumineuses", a-t-elle expliqué. Bernadette, sa mère, avait également des périodes "très sombres, avec de forts épisodes de dépression". Selon l'ex-compagne de Thomas Hugues, "à l'époque, on parlait de psychose maniaco-dépressive, aujourd'hui de bipolarité." Et d'ajouter : "Elle ne s'est pas fait soigner jusqu'à son dernier épisode dépressif. Et, malheureusement, les médicaments qu'elle a pris ont enclenché le processus suicidaire."

 

"J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps"

Le jour où elle a appris que sa mère venait de se donner la mort, Laurence Ferrari ne peut l'effacer de sa mémoire. "Mes jambes ont lâché, je suis tombée par terre. C'était un tel choc ! Inimaginable. Sur le chemin pour aller rejoindre Emmanuelle, j'ai versé toutes les larmes de mon corps. Mais quand j'ai passé le seuil de la porte, j'ai arrêté de pleurer. Je savais que je devais être forte pour ma petite soeur", a-t-elle confié avant de poursuivre : "On n'a pas pu la voir une dernière fois, parce qu'elle était trop abîmée. Elle s'est jetée sous un train."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.