Laeticia, Jade et Joy Hallyday victimes d'un usurpateur

Laeticia, Jade et Joy Hallyday victimes d'un usurpateur
Johnny Hallyday, avec sa femme Laeticia et leurs deux filles, à Los Angeles, le 22 février 2017.

Nouveau coup dur pour le clan Hallyday. Laeticia et ses filles, Jade et Joy, pourraient prochainement voir leurs identités exploitées à des fins commerciales. Explications.

À quelques jours de son retour en France pour la promotion de "Mon Pays, c'est l'amour", l'album posthume de Johnny Hallyday, Laeticia Hallyday a eu la mauvaise surprise d'apprendre qu'un certain Thibault de Saint-Rapt, résident de Cavaillon dans le Vaucluse, a fait valider le dépôt des marques "Laeticia Hallyday", "Jade Hallyday" et "Joy Hallyday", comme le rapporte le magazine Capital. La veuve du chanteur, qui s'était fermement opposée à cette démarche, a vu la requête validée par l'INPI (la maison des innovateurs) qui a jugé l'opposition à ce dépôt irrecevable, le 24 septembre 2018.

La bataille juridique pour l'héritage du chanteur est toujours en cours

C'est la raison invoquée par l'INPI pour valider ce dépôt de marques. En effet, tant que l'affaire n'est pas résolue, personne ne peut officiellement défendre les intérêts de la marque Hallyday. À moins d'un ultime recours juridique, Thibault de Saint-Rapt, qui a également déposé la marque "Eddy Mitchell" en avril 2018, pourra donc légalement exploiter le nom de Laeticia, Jade et Joy Hallyday à des fins commerciales. Ainsi, des produits manufacturés à l'effigie de la famille du chanteur pourraient bien apparaître sur le marché.

Laeticia Hallyday, en pleine tempête judiciaire, devra attendre le 30 novembre 2018 pour que ses avocats prouvent la validité du testament du chanteur, rédigé sur le sol américain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.