Katherine Pancol revient sur les viols qu'elle a subis à l'âge de 12 ans

Katherine Pancol revient sur les viols qu'elle a subis à l'âge de 12 ans
Katherine Pancol lors de la 37ème édition du Salon du livre au Parc des expositions à Paris, le 26 mars 2017.

La romancière Katherine Pancol s'est de nouveau exprimée sur les viols qu'elle a subis, au micro de Pascale Clark sur Europe 1, le 12 août 2020. L'autrice de "Bed Bugs" arrive désormais à se dire : "Je m'en suis sortie".

L'autrice à succès de 65 ans a donné une entrevue sur Europe 1 dans l'émission de Pascale Clark. Comme le rapporte Gala, Katherine Pancol s'était une première fois livrée sur ces lourds souvenirs. "J'ai été violée à l'âge de 12 ans, j'ai été violée après" rappelle-t-elle à l'animatrice. Aujourd'hui, elle semble en parler avec recul, mais déplore le manque d'écoute pour les victimes.

"Je serais beaucoup moins drôle bizaremment"

Katherine Pancol commence par affirmer que oui, "à l'époque, on n'en parlait pas. Et si vous en parliez, on ne vous croyait pas" et que "c'est pour ça que beaucoup de victimes se taisent". Puis elle recentre sur son cas personnel : "je n'en suis pas morte. Ça m'a construite quelque part, ça m'a donné une force finalement énorme, et quelque fois, je me dis que je m'en suis sortie." La manière dont elle parle de cette tragédie exprime toute sa résilience. Celle qui a vendu plusieurs millions de livres dans le monde, avec notamment "Les yeux jaunes du crocodile", est gênée par un point toujours d'actualité. Katherine Pancol regrette "qu'on écoute certaines personnes et pas d'autres. Il y a beaucoup de cas où on n'entend pas, parce que c'est très gênant d'avoir quelqu'un qui vous dit ça".

"Si je n'avais pas vécu tout ce que j'ai vécu dans ma vie, je serais beaucoup moins drôle bizarrement, car je relativise beaucoup", continue-t-elle. Elle avait déjà parlé des viols qu'elle avait subis à l'âge de douze ans, puis ceux à son "dernier travail". Elle affirmait aussi chez Philippe Vandel en 2019 que "c'est grâce à un viol que je suis devenue journaliste".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.