Johnny Hallyday : son manager voulait que l'Élysée paie son cercueil

Johnny Hallyday : son manager voulait que l'Élysée paie son cercueil
Johnny Hallyday chante en hommage aux victimes des attentats de janvier et de novembre 2015, place de la République à Paris, le 10 janvier 2016.

Aurélie Ngambi

L'entourage proche de Johnny Hallyday souhaitait que l'État paie les frais liés à l'hommage populaire rendu au rockeur, d'après les extraits du livre d'Alexandre Benalla obtenus par Le Point et relayés sur le blog de Jean-Marc Morandini, mercredi 6 novembre 2019.

Connu pour être l'ancien Mr Sécurité d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla a sorti le livre "Ce qu'ils ne veulent pas que je dise", publié aux Éditions Plon jeudi 7 novembre 2019. Comme son titre l'indique, cet ouvrage dévoile des anecdotes secrètes qui se sont déroulées au plus haut sommet de l'État. Parmi les confidences surprenantes, on découvre que le manager de Johnny Hallyday a demandé à l'Élysée le remboursement des dépenses effectuées pour les obsèques nationales du Taulier, en décembre 2017.

Un demande de remboursement impromptue

"Nous convenons avec le manager de Johnny qu'il s'occupe de la partie artistique et technique de la cérémonie", raconte l'auteur de 28 ans, avant de confier : "La machine de l'Élysée s'est mise en branle pour régler le moindre détail." Mais quelques jours après la cérémonie, Alexandre Benalla reçoit un dossier inattendu sur son bureau. "J'ouvre la chemise cartonnée. À l'intérieur, des factures transmises par le manager de plusieurs centaines de milliers d'euros dont l'entourage de Johnny demande le remboursement. Parmi les justificatifs de dépenses se trouvent pêle-mêle les factures des fleuristes, qui n'ont pas lésiné sur la commande, des notes d'hôtel pour le logement de tous les invités, ainsi que leurs notes de taxi, les frais de location de la sonorisation... Cerise sur cet étrange gâteau, la facture du cercueil est agrafée à la liasse", affirme-t-il.

Et Alexandre Benalla de conclure : "Le manager est revenu à la charge une ou deux fois, puis il a abandonné. Au grand soulagement de tout le monde."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.