Johnny Hallyday : la nuit de sa mort racontée par un prêtre

Johnny Hallyday : la nuit de sa mort racontée par un prêtre
Johnny Hallyday et sa femme Laeticia Hallyday à la première de "Rules Don't Apply" à Los Angeles, le 10 novembre 2016.

Marine Cournede

Le soir de la disparition du Taulier, le prêtre Alain de La Morandais a rejoint le domicile familial à la demande de la famille. Marqué par cette nuit du 5 décembre 2017, l'homme d'église la raconte dans ses mémoires.

L'abbé faisait partie des rares personnes présentes au domicile de Marnes-la-Coquette ce soir-là. Désormais, il publie ses mémoires, "Jouer le jeu avant la dernière partie", aux éditions Presses de la renaissance, qui paraîtront le 14 mars 2019. L'Express en a dévoilé certaines pages, dans lesquelles Alain de La Morandais raconte un souvenir bien particulier : celui de la nuit de la mort de Johnny Hallyday.

"Nuit du 6 décembre 2017. Il est 2 heures du mat', je suis encore réveillé lorsque le téléphone sonne. Le Pr Khayat m'annonce la mort de Johnny et me demande de venir à la maison du chanteur. Taxi. Marnes-la-Coquette. Barrages de police. Courtoisie", écrit l'homme d'église.

"Laeticia est effondrée"

Il poursuit : "Laeticia est effondrée. Je la serre dans mes bras, elle est comme une feuille d'automne toute tremblante. Dans sa chambre, le gisant est couché, la tête bandée, menton relevé comme un Christ de Mantegna. Des femmes veillent. Elles se retirent et je me mets à genoux, recueilli. Le manager est là, silencieux, larmes aux yeux. Après le silence, je célèbre les onctions, en expliquant à mon veilleur la signification du rite. J'oins les yeux, les oreilles, le nez et cette bouche qui a soulevé des passions et des foules pendant tant et tant d'années."

"Un doigt vers les cieux"

Le prêtre rapporte également une confidence de Sébastien Farran, l'ancien manager du Taulier, lui aussi présent cette nuit-là : "En partant, le manager me confie qu'au moment de son dernier soupir, Johnny a ouvert les yeux et tendu un doigt vers les cieux."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.