Jean-Pierre Pernaut se livre sans tabou sur son cancer de la prostate

Jean-Pierre Pernaut se livre sans tabou sur son cancer de la prostate
Jean-Pierre Pernaut et sa femme Nathalie Marquay lors d'un gala de charité au profit de l'association "Les Bonnes fées" à l'hôtel d'Evreux, à Paris, le 20 mars 2017.

Guéri depuis quelques mois de son cancer de la prostate, le présentateur du JT de 13h de TF1 a décidé de raconter cette épreuve sans tabou dans l'émission Stars à nu, dont le premier numéro sera diffusé sur TF1 le 31 janvier 2020.

Dans ce nouveau programme présenté par Alessandra Sublet, 15 personnalités, 7 hommes et 8 femmes, vont se dénuder pour sensibiliser le public aux cancers du sein, de la prostate et du testicule. Du côté des candidats masculins figurent Olivier Delacroix, Philippe Candeloro, Alexandre Devoise ou encore Baptiste Giabiconni. C'est devant eux que Jean-Pierre Pernaut a raconté son cancer, qu'il a choisi de rendre public en septembre 2018.

"On a toujours peur d'un urologue"

"Un cancer de la prostate c'est vrai, on en entend rarement parler et pourtant c'est le premier cas de cancer en France avec 70 000 cas par an et 7 000 morts", a indiqué le journaliste dans un extrait publié le 30 janvier par Arthur. Puis il a rappelé que cette maladie pouvait être soignée : "Il suffit de faire de la prévention et d'aller voir un toubib pour faire un examen qui n'est pas agréable du tout."

"On a toujours peur d'un urologue. Qu'est-ce qu'il va me faire ? Bah il vous met un doigt tout simplement excusez-moi !, a-t-il ajouté. Puis il me dit qu'il y a un truc donc on va faire une analyse, une biopsie, là c'est moins drôle. Le doigt, ça va, la biopsie, ça devient plus compliqué. Et quelques jours après, on m'a dit que c'était un cancer."

Jean-Pierre Pernaut est ensuite revenu sur les conséquences de son intervention chirurgicale : sonde urinaire, couches-culottes, "petits problèmes de couple"... "C'est sûr que ça met un peu de temps à revenir de manière normale", a-t-il reconnu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.