Jean-Pierre Pernaut "guéri" de son cancer : "Cette opération a éliminé la bête"

Jean-Pierre Pernaut "guéri" de son cancer : "Cette opération a éliminé la bête"
Jean-Pierre Pernaut lors de la première de la pièce "Piège à Matignon" au Théâtre des Variétés à Paris, le 7 mars 2015.

Fabien Gallet

En septembre 2018, l'animateur du JT de 13 heures de TF1 annonçait avoir été touché par un cancer de la prostate. Les mois ont passé, Jean-Pierre Pernaut est revenu à l'écran et il donne aujourd'hui de ses nouvelles à Paris Match.

"Je dois m'absenter quelque temps de la présentation du JT de 13H. J'ai en effet subi une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate", révélait sur Twitter le présentateur de 69 ans, le 25 septembre dernier. Quelques semaines plus tard, il expliquait au Parisien que son médecin le considérait comme "guéri". Cinq mois ont passé et ce dernier n'a pas changé son fusil d'épaule. "Le médecin m'a affirmé que je pouvais me considérer comme guéri. J'ai eu la chance d'avoir été détecté, opéré à temps. Par chance, encore, je n'ai pas eu besoin de traitement après : cette opération a éliminé la bête", se félicite Jean-Pierre Pernaut dans une interview accordée au magazine Paris Match, en kiosque le 11 avril 2019.

"Je ressens encore un peu les effets de l'intervention"

Comment se sent celui qui est à la tête du 13H depuis 1988 ? "Je vais bien. La forme revient", assure-t-il avant d'ajouter avec humour : "Je n'irais pas encore faire un footing tous les matins, cela dit je n'en faisais pas non plus avant. Je plaisante, mais il s'agissait d'une opération lourde, même si elle s'est très bien déroulée. Et je ressens encore un peu les effets de l'intervention et de l'anesthésie." Mais Jean-Pierre Pernaut avoue n'avoir pas suivi les conseils de son médecin : "Je me suis arrêté deux mois, lui aurait préféré que j'en prenne trois. Impossible de faire autrement quand on est passionné."

Si la star du PAF a choisi d'évoquer le mal qui l'a touché, c'est pour "informer". "Le cancer de la prostate touche les hommes plus que celui du sein les femmes, et il demeure un tabou. Parce qu'il est mal placé, sûrement, et qu'il atteint la virilité masculine", regrette Jean-Pierre Pernaut qui estime que "tous les hommes devraient faire plus souvent" cet "examen de routine, pas très agréable, chez (leur) urologue".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.