Jean-Pierre Foucault raconte ses débuts : "Nous étions libres sur le ton"

Jean-Pierre Foucault raconte ses débuts : "Nous étions libres sur le ton"
Portrait de Jean-Pierre Foucault à Paris, le 9 novembre 2017.

Le présentateur de télévision et radio Jean-Pierre Foucault a joué aux questions-réponses avec Konbini News. Il dévoile ses débuts à la radio à l'âge de 19 ans, son avis sur ceux qui critiquent le concours Miss France et aussi ses meilleurs souvenirs en plus de cinquante ans de carrière.

Le présentateur du légendaire jeu Qui veut gagner des millions ? a débuté derrière le micro de RMC (Radio Monte-Carlo à l'époque) en 1966. Il gagne un concours d'animateur face à 800 autres candidats. S'il n'a pas eu le Covid-19 et ne s'en n'est pas autant inquiété que ce qu'en disait certains, Jean-Pierre Foucault a vite attrapé le virus de l'animation. Cette première expérience dura six mois, il revint chez RMC deux ans après être passé chez Europe 1. Il était "extrêmement libre sur le ton", la radio n'émettait pas à Paris où habitaient les patrons. Une chance qu'il reconnaît fièrement aujourd'hui en regardant dans son bureau le micro qu'il utilisait et qui lui a été offert à son départ.

Le Marseillais vit aujourd'hui une douce vie dans sa Provence natale avec sa femme Évelyne Jarre. Ils sont dans la demeure de celui-ci à Carry-le-Rouet, son village d'enfance où il va encore pêcher.

Un "vieux monsieur" dans la légende du PAF

Toujours à la caméra de Konbini, l'ancien président de l'association de l'OM est revenu sur les avis négatifs à propos du concours Miss France qu'il présente depuis 1995. Il admet non sans sarcasme : "Oui, oui, c'est un concours sexiste présenté par un vieux Monsieur" en rajoutant que "c'est l'émission de divertissement qui fait le plus grand nombre de téléspectateurs chaque année". Il clôt ce sujet en précisant que "si cela ne vous plaît pas, vous ne regardez pas". Après 50 ans de carrière, le Marseillais qui présenta Sacrée Soirée pendant 7 ans a encore du répondant.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.