Jean-Michel Maire : ses souvenirs de parties fines avec DSK

Jean-Michel Maire : ses souvenirs de parties fines avec DSK
Jean-Michel Maire lors du 5e Gala de charité de l'association "Les Rois du Monde" à la Salle Wagram à Paris, le 27 février 2017.

Le mercredi 9 septembre, l'équipe de Touche pas à mon poste est revenue sur l'affaire DSK à l'occasion de la parution de l'interview de Nafissatou Diallo dans les colonnes de Paris Match. Jean-Michel Maire a alors révélé qu'il avait passé quelques soirées très particulières en compagnie de Dominique Strauss-Kahn.

Jeudi 10 septembre 2020, Paris Match publie les confessions de Nafissatou Diallo, près de dix ans après l'explosion de l'affaire du Sofitel. Quelques heures avant la parution du magazine, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs ont évoqué ensemble le contenu de cette interview ainsi que les théories complotistes qui circulent au sujet de la mise en cause de Dominique Strauss-Kahn, qui était à l'époque l'un des favoris de la présidentielle de 2012. Des thèses qui, selon Jean-Michel Maire, ne tiennent pas la route, comme il l'a expliqué en revenant sur des soirées privées qu'il avait passées en compagnie de DSK.

Neuf ans après les faits, l'affaire DSK continue à faire parler d'elle, et tandis que Netflix prépare un documentaire consacré à ce scandale retentissant, Paris Match publie une interview exclusive de Nafissatou Diallo. Et si l'ex-femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York n'est plus autorisée à parler de viol suite à un accord financier passé avec DSK, elle maintient qu'elle a été "attaquée".

Jean-Michel Maire, qui a côtoyé Dominique Strauss-Kahn lors de "parties fines", explique pourtant que selon lui, l'homme politique jouissait alors d'un pouvoir d'attraction stupéfiant auprès de la gent féminine : "Il n'avait besoin de personne pour demander aux femmes d'être proches de lui. Toutes les femmes voulaient s'approcher de lui parce qu'il avait une aura, un pouvoir. J'ai été à deux soirées avec lui dont une juste avant la présidentielle, avant que l'affaire éclate, et il savait que les paparazzi commençaient à le traquer, du coup, la soirée s'est passée sur une péniche. Parce que la péniche naviguait sur la Seine, ce qui rendait beaucoup plus difficile aux paparazzi de le suivre. Les gens pressentaient qu'il allait trébucher avant l'épreuve et qu'il a peut-être même fait exprès de trébucher."

"À l'Élysée, on va se marrer, on va organiser des parties, des soirées"

Pour le chroniqueur, la réputation de l'ex-directeur général du Fonds monétaire international n'était plus à faire : "Les gens que je côtoyais dans les soirées commençaient déjà à fantasmer sur le fait qu'il soit président en disant : 'À l'Élysée, on va se marrer, on va organiser des parties, des soirées', j'ose même dire le mot partouze. Les gens ne pensaient qu'à ça déjà. Donc tout ça prenait de l'ampleur. Peut-être que lui ça lui ait monté au citron... et qu'il s'est dit à un moment 'Il faut que ça s'arrête'. Est-ce qu'il l'a fait consciemment ou pas, je ne sais pas."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.