Jean-Marie Bigard ne s'attendait pas à se "faire poignarder" par Muriel Robin

Jean-Marie Bigard ne s'attendait pas à se "faire poignarder" par Muriel Robin
Jean-Marie Bigard au Festival des Plages du Rire à Nice, le 10 juillet 2018.

Invité sur le plateau de LCI dimanche 21 juillet 2019, l'humoriste est revenu sur la polémique suscitée par sa blague douteuse sur le viol et sur le jugement porté ensuite par sa consoeur, qu'il considérait comme une amie.

En février dernier sur le plateau de Touche pas à mon poste, Jean-Marie Bigard choquait de nombreux téléspectateurs en racontant une blague sur le viol d'une femme. La polémique engendrée a conduit à l'annulation d'une cinquantaine de dates de son spectacle mais aussi à une embrouille avec Muriel Robin, "une amie de 33 ans" selon lui, qui estimait sur Facebook qu'il devait "être puni pour son apologie de la violence".

"Je maintiens qu'on a eu trente ans d'amitié"

Dans une lettre publiée le 5 mars, la compagne d'Anne Le Nen avait même nié être amie avec Jean-Marie Bigard. "Nous avons débuté ensemble, nous nous sommes de ce fait beaucoup croisés et avions des amis communs mais je n'ai pas vu Jean-Marie depuis 1996, c'est à dire depuis 23 ans", avait-elle écrit. Des propos qui ont fait réagir l'intéressé ce dimanche sur LCI : "Je ne pouvais pas m'attendre à me faire poignarder le c*l par ce que j'appelle une amie, ce qu'elle conteste."

L'humoriste, qui a désormais pris sa retraite, a fermement démenti les propos de sa consoeur : "Mais bon, moi je maintiens qu'on a eu 30 ans d'amitié, tu vois, à peu près. Donc là, ça a mis un terme évidemment un peu brutal à cette histoire." Et de conclure : "Mais c'est incroyable que même Muriel Robin arrive à se faire happer par tous les gens qui sont les meneurs de la dictature de la bien-pensance."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.