Jean-Marie Bigard : il se retire des présidentielles

Jean-Marie Bigard : il se retire des présidentielles
Jean-Marie Bigard donnant son spectacle "Bigard fête ses 60 ans" au Grand Rex de Paris, le 23 mai 2014.

C'est officiel : après avoir créé la surprise il y a quelques mois en annonçant sa candidature aux élections présidentielles de 2022, Jean-Marie Bigard jette l'éponge. Lors de son intervention en direct sur CNews le 28 septembre 2020, l'humoriste a annoncé le "scoop" avec fracas en se comparant à un acteur de film pornographique.

Après de multiples rebondissements, la course à l'Élysée de Jean-Marie Bigard vient de s'achever. En mai dernier, son ami Patrick Sébastien lui avait conseillé de rester "dans son rôle". Le 26 septembre dernier un François Cluzet très en colère le traitait de "roi des beaufs" et reprochait à l'humoriste de vouloir "faire parler de lui". Il semble aujourd'hui que les critiques exprimées dans le monde du show-business ont eu raison de la volonté du candidat Bigard.

C'est dans l'émission de Pascal Praud sur CNews, L'heure des Praud, que Jean-Marie Bigard est intervenu lundi 28 septembre 2020 pour annoncer qu'il tirait un trait sur ses ambitions en politique : "Françaises, Français, c'est un scoop : je vous le dis aujourd'hui, me retire officiellement de cette candidature à la présidentielle. Je me retire pour plusieurs raisons, sous la pression de mes amis, c'est-à-dire Laurent Baffie, Laurent Ruquier, Patrick Sébastien et ma femme." Et l'époux de Lola Marois de poursuivre sa déclaration de manière imagée à l'aide d'une comparaison que beaucoup ont déjà qualifiée de dérapage.

"Je ne peux pas aller jouer sur le terrain avec des crabes qui puent !"

"Je me retire pour leur faire (...) comme dans les films pornos : avant de jouir, ils se retirent", explique Jean-Marie Bigard, immédiatement rappelé à l'ordre par Pascal Praud : "Ça commençait bien, mais ça finit moins bien !". "Laisse-moi ma minute, Pascal !", rétorque alors le réalisateur de "L'âme soeur" avant de reprendre : "Je m'aperçois que je serais plus efficace, et certainement beaucoup plus dangereux pour tous ces gens-là, en étant drôle, plutôt qu'en colère. Je me retire donc vraiment avec joie. Je suis trop sensible pour faire ce job. Je ne peux pas aller jouer sur le terrain avec des crabes qui puent ! Je préfère hurler de la tribune." Et le provocateur de 66 ans de conclure : "Je veux rester libre, je veux rester solidaire (...) Je ne roule pour personne ! Que pour le peuple français qui souffre."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.