Jean-Louis Aubert "cassé en deux" après son opération à coeur ouvert

Jean-Louis Aubert "cassé en deux" après son opération à coeur ouvert
Jean-Louis Aubert à la première de "Budapest" au cinéma Gaumont-Opéra à Paris, le 19 juin 2018.

En juillet 2020, Jean-Louis Aubert subissait une lourde opération du coeur. Vendredi 22 janvier 2021, au micro d'Europe 1, il est revenu sur son passage à l'hôpital et sur les conséquences de son problème de santé.

L'ancien chanteur du groupe Téléphone a dû être opéré à coeur ouvert à cause d'une malformation de naissance dont il ignorait l'existence. "Je n'étais pas malade. Je faisais une analyse pour le Covid et un médecin m'a demandé de faire un scanner. Il voulait être sûr de quelque chose qu'il entendait au stéthoscope", a-t-il raconté. Profitant de l'annulation de sa tournée, Jean-Louis Aubert s'est rendu à l'hôpital : "Une fois qu'on vous dit ça, que vous pouvez tomber à tout moment, vous ne pouvez pas revenir en arrière. Ça me faisait vraiment bizarre de rentrer en pleine santé à l'hôpital et d'en sortir cassé en deux."

"Il y a eu des petits effets secondaires"

Cette opération n'a pas été sans conséquences sur la santé de l'auteur de l'album "Refuge". "Je faisais le mariole à la sortie, et au bout de deux mois il y a eu des petits effets secondaires, des rechutes bizarres, des infections...", a-t-il indiqué. Une autre personnalité connaissant un problème similaire, elles se sont toutes les deux soutenues. "J'ai eu Michel Drucker au téléphone pendant une heure, qui a à peu près la même chose, peut-être un peu plus compliqué encore. Mais c'était très très tendre", a témoigné l'artiste.

Globalement, Jean-Louis Aubert garde un souvenir ému de son passage à l'hôpital. Il explique : "Les hostos sont les coulisses de la vie. Il n'y a plus le paraître, et il n'y a pas l'envie de disparaître non plus. Les rapports humains y sont très forts. (...) Dans la rue, on a toujours quelque chose à montrer. Àl'hôpital, tout disparait. On est tout nu."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.