Jean-Jacques Goldman sort de sa réserve pour une cause qui lui tient à coeur

Jean-Jacques Goldman sort de sa réserve pour une cause qui lui tient à coeur
Jean-Jacques Goldman aux Francofolies de La Rochelle, en 2004.

Le chanteur très discret fait partie des 1661 artistes à avoir signé une tribune parue le 30 mai 2021 dans Le Journal du dimanche. Le texte appelle à ne pas opposer écologie et culture, en amont d'un débat sur l'empreinte environnementale du numérique qui se déroulera à l'Assemblée nationale le 10 juin prochain.

"Il faut reprendre la plume, encore. Nous sortons d'une année sans spectacle, sans public, une année de lieux fermés, de culture sinistrée. Mais au moment où la vie culturelle en France commence à repartir, nous devons faire face à une autre bataille qui opposerait l'écologie à la culture", est-il écrit dans cette tribune. Le souhait des signataires ? Protéger le droit de copier des oeuvres (musique, films, photos...) pour un usage privé, qui permet de financer de nombreux projets culturels en France. "64% des festivals de musique sont financés en partie par ce mécanisme", est-il souligné.

Une impressionnante liste de signataires

Sous couvert d'écologie et plus précisément d'empreinte environnementale du numérique, le système de rémunération sur les copies privées pourrait se voir modifier. D'où cette tribune aux signataires prestigieux : Jean-Louis Aubert, Nathalie Baye, Julien Clerc, François Cluzet, Thomas Dutronc, DJ Shake, Vianney, Zazie...

Mais le nom qui fait le plus parler est bien celui de Jean-Jacques Goldman, tant l'artiste, exilé à Londres, est de nature discrète. Après avoir rendu hommage en musique à ceux qui "sauvent des vies" en période de pandémie, en mars 2020, l'interprète d'Envole-moi avait de nouveau disparu des radars médiatiques. Le fait qu'il ait signé cette tribune prouve que la cause lui tient vraiment à coeur, et qu'il suit toujours l'actualité française de près depuis le Royaume-Uni.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.