Jarry "encore menacé de mort" par des internautes homophobes

Jarry "encore menacé de mort" par des internautes homophobes
Jarry au village de Roland Garros à Paris, le 2 juin 2019.

Heureux papa de deux enfants depuis 2016, Jarry a témoigné mardi 8 décembre 2020 dans l'émission Ça commence aujourd'hui des épreuves qu'il a traversé en tant que père homosexuel. Parmi celles-ci, la réception de messages homophobes très agressifs. Un déferlement de haine auquel l'humoriste doit toujours faire face aujourd'hui.

Invité par Faustine Bollaert dans le cadre d'une émission dont le thème était "Leur combat, leur victoire !", Jarry, papa de deux jumeaux, a fait part de son expérience de la parentalité et s'est livré sur les difficultés qu'il a rencontré en tant que père homosexuel. Après être revenu sur les circonstances dans lesquelles sont nés ses enfants, l'humoriste qui parle sans tabou de son orientation sexuelle a expliqué qu'il faisait l'objet de violentes menaces homophobes sur les réseaux sociaux.

"Ça fait un an et demi je suis menacé sur les réseaux sociaux"

Si Jarry partage souvent des vidéos de ses enfants sur les réseaux sociaux, celui-ci prend toutefois toujours soin de masquer leurs visages. Une précaution prise suite à la réception de messages haineux. "Je reste encore menacé de mort depuis un an et demi parce que je suis papa homosexuel ayant des enfants. Ça fait un an et demi, deux ans que je suis menacé sur les réseaux sociaux", a révélé l'animateur du Jarry Show avant de citer les "choses horribles" qu'il peut parfois lire sur son écran : "On va te retrouver... On va vous brûler... On ne peut pas laisser deux enfants se faire sodomiser par des hommes." Des menaces qui inquiètent l'humoriste : "Je dis toujours que par jour sur les réseaux sociaux, je reçois entre 3.000 et 4.000 messages. J'en reçois trois comme ça, a continué l'humoriste. On le voit aujourd'hui dans l'actualité, il ne faut pas beaucoup de gens pour être en danger." Un témoignage qui fait froid dans le dos.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.