Jane Birkin : "Avec Serge, on faisait le tour des boîtes de nuit"

Jane Birkin : "Avec Serge, on faisait le tour des boîtes de nuit"
Jane Birkin accompagnée de ses accessoires fétiches, son panier d'osier et Serge Gainsbourg, à la première de Jerry Lewis.

Jane Birkin, muse éternelle de Serge Gainsbourg, revient dans une interview pour Paris Match sur ses années rue de Verneuil, quand il fallait dormir le jour pour mieux profiter de la nuit.

En 1968, Serge Gainsbourg, quitté par Bardot, se trouve une nouvelle égérie en la personne de Jane Birkin, actrice et mannequin en vogue de 22 ans. Si la maison qui accueille le couple et leurs enfants, rue de Verneuil, est en passe de devenir un musée, la vie qu'on y mène est plutôt rock'n roll. Programme d'une journée classique à l'époque ? "Petit déjeuner en attendant que Kate et Charlotte se réveillent", comme elle l'explique à Paris Match. Ensuite c'était "dîner vers 22 heures, puis on faisait le tour des boîtes de nuit jusqu'à 5 heures du matin". Lassée de cette vie d'oiseaux de nuit, Jane quitte le nid en 1980.

Du Paris Gainsbourg au Paris Birkin

Bien qu'elle ait chanté pour d'autres, joué et même réalisé des films, l'image de Jane Birkin reste pour toujours associée à celle de Serge Gainsbourg, à qui elle a offert un look (le duo Repetto/jean-troué, c'est son idée) et surtout une héritière, pas toujours très à l'aise avec le mythe. "Charlotte (ndlr Gainsbourg) quand elle revient en France, on lui dit en permanence : 'Serge nous manque'. Moi, ça ne me gêne plus", confesse Jane Birkin. Et d'ajouter : "Mais, pour elle, j'imagine que c'est lourd à porter." Contrairement à sa fille partie vivre à New York, Jane Birkin continue de traîner ses baskets et ses yeux candides dans les rues de la capitale : "Je sors un peu moche de chez moi et je tombe sur une personne qui me dit merci ou qui me sourit ! Je m'envie beaucoup." Entre Jane et Paris, c'est Je t'aime, moi aussi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.