Jacques Chirac n'aimait pas lire, y compris ses propres ouvrages

Jacques Chirac n'aimait pas lire, y compris ses propres ouvrages
Jacques Chirac au Caire en Égypte, le 20 avril 2006.

Dans "Les plumes du pouvoir", paru aux éditions Plon, le journaliste Michaël Moreau révèle que Jacques Chirac n'était pas un passionné de lecture, y compris lorsqu'il s'agissait de lire les ouvrages écrits en son nom.

Christine Albanel, Henri Guaino, Aquilino Morelle ou encore Sylvain Fort. Tous ont été les "plumes" de chefs de l'État français, respectivement de Jacques Chirac, de Nicolas Sarkozy, de François Hollande et d'Emmanuel Macron. Dans l'ombre, ils ont tous écrits des discours, mais aussi des livres, au nom des présidents. C'est sur ces écrivains qu'a choisi d'écrire Michaël Moreau dans "Les plumes du pouvoir", livre auquel s'est intéressé Le Point dans un article, paru le 5 mars 2020.

"Tu me fais un beau discours"

Dans cet ouvrage, on apprend, entre autres, que Jacques Chirac "écrivait très peu". L'époux de Bernadette Chirac, décédé le 26 septembre 2019 à 86 ans, n'était pas non plus un grand lecteur, comme le rapporte Le Point : "Il ne lisait d'ailleurs pas toujours les livres publiés sous son nom, comme en témoigne Jean-Louis Bourlanges qui rédigea en quelques jours son 'Oui à l'Europe' en 1984."

Concernant ses discours, Jacques Chirac ne semblait, là non plus, pas toujours intéressé et donnait parfois des directives laconiques. "Je veux un discours soviétique !", avait-il ainsi demandé à la mort de François Mitterrand. "Tu me fais un beau discours", avait-il lancé à Christine Albanel en 1995, à propos du fameux texte dans lequel la France a, pour la première fois, reconnu sa responsabilité dans la rafle du Vél d'Hiv.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.