Isabelle Adjani réagit à la gifle de Will Smith lors des Oscars

Isabelle Adjani réagit à la gifle de Will Smith lors des Oscars
Isabelle Adjani lors de la montée des marches du film "De son vivant" à l'occasion du 74e Festival International du Film de Cannes, le 10 juillet 2021.

Le 28 mars 2022, Will Smith surprenait le monde entier en perdant son sang-froid et en assénant une gifle à Chris Rock sur la scène des Oscars. Si de nombreuses célébrités ont totalement condamné ce geste, d'autres sont plus mitigés face à ce geste. C'est notamment le cas d'Isabelle Adjani, qui s'est expliqué lors d'un entretien accordé au site Troiscouleurs.

Les scandales dans le monde du cinéma, ça ne choque visiblement pas Isabelle Adjani. Interrogée par le site Troiscouleurs pour parler du prochain film dans lequel elle figure, l'actrice française est notamment revenue sur le geste fort d'Adèle Haenel lors de la cérémonie des César 2020. Un moment qu'elle a immédiatement comparé à la gifle que Will Smith a asséné à Chris Rock en mars 2022. "Je l'ai pris pour ce que c'était, un moment sans artifice. Ça ne va pas être politiquement correct de dire ça, mais c'est comme le geste de Will Smith. Je ne le prends pas mal non plus. Ce geste d'Adèle Haenel, je ne l'ai pas vécu comme une exclusion de Polanski, une mise à mort de son être artistique", a-t-elle expliqué.

"Ce geste me touche"

Bien loin d'être scandalisée par l'événement, Isabelle Adjani trouve même que la sanction adressée à l'acteur américain (il a été interdit d'Oscars pendant 10 ans et banni de certains tournages) est beaucoup trop exagérée. "Je trouve ça incroyable cette façon de puritaniser absolument toute action un peu en marge, un peu punk. Parce qu'il file une claque à l'autre, on va le rayer de tout ? C'est terminé, on le déclasse définitivement ? Quel cauchemar ! Peut-être qu'il aurait mieux fait de prendre un Xanax avant d'y aller, c'est sûr. Mais bon. C'est tout à coup la vie qui surgit et fout le bordel dans tout ce cérémonial. Moi, ce geste me touche. Je préfère ça à la bonne conduite. Et Adèle, c'est la même chose, c'était comme une électrocution liée à son post-trauma", a-t-elle justifié avec aplomb.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.