Iris Mittenaere admet avoir été "malheureuse" pendant son règne de miss

Iris Mittenaere admet avoir été "malheureuse" pendant son règne de miss
Iris Mittenaere en marge du 72e Festival de Cannes, le 21 mai 2019.

Fabien Gallet

Élue Miss France en 2015 avant de devenir Miss Univers l'année suivante, la jeune femme aujourd'hui âgée de 26 ans n'a visiblement pas forcément bien vécu son année de règne. Elle en a dévoilé les raisons sur Europe 1.

Invitée dans l'émission Anne Roumanoff ça fait du bien sur Europe 1, lundi 20 mai 2019, Iris Mittenaere a évoqué son règne comme Miss France en 2016, n'hésitant pas à expliquer que cette année ne fût pas des plus faciles à vivre. La raison ? Une pesante solitude quotidienne. Pour autant, ce mal-être, elle a préféré le garder pour elle et ne pas en parler à ses proches. "C'est compliqué de dire aux gens 'je suis malheureuse' alors que pour les gens, on a tout", a-t-elle confié à l'animatrice.

Une princesse "pas très heureuse"

"On vit à Paris, on porte des robes magnifiques, on a énormément de cadeaux, c'est difficile de dire : 'Oui mais quand je rentre chez moi, je suis seule. Je n'ai plus envie, je n'ai pas le temps de voir ma famille.' C'est dur pour les gens de comprendre, du coup on ne le dit pas", a expliqué celle qui officie désormais comme animatrice sur TF1. Aussi n'a-t-elle pas fait part de ses coups de blues à sa mère avec qui, pourtant, elle partage tout. "Je ne pouvais pas dire à ma maman, qui a travaillé dur toute sa vie pour avoir le peu de choses qu'elle a, que moi, dans ma vie de princesse, je n'étais pas très heureuse", a confié Iris Mittenaere.

Ce qu'a également regretté la jeune femme au cours de son règne, c'est que tout le monde "parle du titre plus que de la fille derrière le titre". Et d'ajouter : "Parfois, le titre de Miss France nous perd un peu." Heureusement, aujourd'hui Iris Mittenaere est comblée et bien plus libre. "Je choisis de faire ce que je veux", a précisé celle qui participe à une revue signée Kamel Ouali présentée au Paradis Latin à Paris.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.