Ingrid Chauvin sur la difficulté d'adopter en France : "On se sent esseulé"

Ingrid Chauvin sur la difficulté d'adopter en France : "On se sent esseulé"
Ingrid Chauvin lors de la soirée d'ouverture du 59e festival de télévision de Monte-Carlo, le 14 juin 2019.

Le 27 juin 2020, sur Instagram, Ingrid Chauvin a partagé une interview d'elle réalisée à l'occasion de la sortie de son livre "Rêves d'enfants". Un entretien lors duquel l'actrice a pointé du doigt le système d'adoption français, faisant part des difficultés auxquelles elle est elle-même confrontée.

Depuis plus de 5 ans, Ingrid Chauvin cherche à adopter. Sa démarche n'ayant toujours pas abouti, la vedette de la série "Demain nous appartient" met toute son énergie à dénoncer le système d'adoption en France, le parcours du combattant traversé par ceux qui souhaitent agrandir leur famille ainsi que le quotidien des enfants placés en familles d'accueil. "C'est la déception, la difficulté d'adopter en France", a-t-elle confié dans une interview partagée sur son compte Instagram le 27 juin.

"C'est les montagnes russes des émotions"

La comédienne, qui a récemment rencontré sa demi-soeur cachée, a ensuite expliqué : "Il n'y a pas de transparence, on se sent esseulé. Il n'y a pas de lissage national en France, c'est-à-dire que chaque département fait comme bon lui semble. On est un peu perdu, en attente, c'est les montagnes russes des émotions. Un jour on s'imagine que ça peut arriver demain et on prévoit tout, on anticipe, on garde les affaires de bébé, on s'imagine déjà son arrivée... Et puis d'attente en attente, on désespère et on comprend petit à petit que le projet ne va pas aboutir."

"Malgré tout, on espère jusqu'à la dernière minute et on garde le téléphone en main pratiquement non stop", a ajouté la mère de Tom. Et de conclure : "Nous on a cette chance inouïe d'être une famille, d'être parents, mais je pense à tous ces couples qui sont dans ce désir d'adoption et qui, pour la majorité, ne peuvent pas avoir d'enfant..."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.