Infidélités de François Hollande : Nicolas Sarkozy aurait prévenu la presse

Infidélités de François Hollande : Nicolas Sarkozy aurait prévenu la presse
Francois Hollande et Nicolas Sarkozy devant le palais de l'Élysée à Paris, le 25 juin 2016.

En janvier 2014, le magazine Closer levait le voile sur la relation entre François Hollande et l'actrice Julie Gayet, à coup de paparazzades. Des liens intimes que Nicolas Sarkozy aurait évoqués avec la presse avant le fameux "Gayetgate".

À l'occasion de la sortie, le 15 janvier 2020, de leur livre intitulé "Apocalypse Now, les années Fillon", les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme étaient les invités d'Anne Roumanoff sur Europe 1. Mardi 11 février dernier, ils ont assuré au micro de l'émission Ça fait du bien que Nicolas Sarkozy avait tenté d'alerter les médias sur les dessous de la vie sentimentale de son successeur à la présidence de la République française.

"Il paraît qu'il sort de l'Élysée voir sa bonne amie en scooter"

D'après les deux journalistes, c'est au cours d'un entretien organisé courant novembre 2013 que l'époux de Carla Bruni aurait vendu la mèche. "On va voir Nicolas Sarkozy dans ses bureaux, on se fait engueuler pendant une demi-heure, c'est toujours très violent", se sont-ils d'abord souvenus. Et d'ajouter : "Puis, à un moment donné, il nous dit : 'Vous devriez vous intéresser à François Hollande. Il paraît qu'il sort de l'Élysée voir sa bonne amie en scooter... très régulièrement' !" Des accusations d'infidélité - le Président étant alors en couple avec Valérie Trierweiler - qui se révéleront justes. "Et paf, trois mois plus tard ça sort dans Closer", ont indiqué les deux auteurs.

Sur RTL-TVi, en janvier dernier, François Hollande revenait de manière détournée sur cette affaire qui, en 2014, avait fait la Une des magazines people, et sur la vie d'un chef d'État : "Il n'y a pas d'intimité, il n'y a plus d'intimité, c'est douloureux parce que la vie familiale, la vie personnelle, justifie quand même une protection (...) Le président de la République française n'a plus de vie personnelle, il doit être entièrement dédié à sa fonction." D'autant plus qu'entre personnalités politiques, tous les coups sont permis. "Ils se détestent tous, ils sont prêts à s'enterrer mutuellement !", ont d'ailleurs conclu Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.