Gilles Verdez : retour sur ses clashs les plus mémorables

Gilles Verdez : retour sur ses clashs les plus mémorables
Gilles Verdez à la soirée de la 2e édition "Les étoiles du Parisien" à la Bellevilloise à Paris, le 15 décembre 2014.

Jeudi 8 août 2019, le journaliste Gilles Verdez fête ses 55 ans. À cette occasion, retour sur les plus gros clashs de celui qui officie dans Touche pas à mon poste ! depuis 2013, où il multiplie les coups de gueule et les polémiques.

Quand Zemmour divise Verdez et Bercoff

"Votre prénom est une insulte à la France", lance Éric Zemmour à Hapsatou Sy en septembre 2018 dans Les Terriens du Dimanche sur C8. Outré, Gilles Verdez déclare dans TPMP que le polémiste ne doit plus être invité à la télévision. Sur le plateau, le journaliste André Bercoff réagit à ces propos : "Entendre quelqu'un comme Gilles Verdez, qui n'a pas les neurones d'un enfant de deux ans et demi, dire de quelqu'un 'Il faut l'interdire complètement'... Je vais vous dire Gilles Verdez, un jour, vous direz des conneries et on vous interdira complètement et vous serez très très marri." Ni une, ni deux, après quelques passes d'armes, les insultes volent.

Gilles Verdez et Joey Starr : un clash qui claque

En 2016, le chroniqueur est amené à faire une blague à JoeyStarr en allant lui rendre visite "incognito" dans sa loge, juste avant un direct de l'émission Nouvelle Star. Une séquence qui a mal tourné, le juré - visiblement peu prompt à jouer le jeu -, ayant giflé Gilles Verdez jusqu'à le blesser à l'arcade. Un acte qui fera le buzz malgré les excuses du chanteur, prétextant un geste "malencontreux et regrettable". Deux ans plus tard, le journaliste n'a pas avalé la pilule. "J'aimerais être dans la tête de JoeyStarr. Pour voir comment on peut être à la fois prétentieux et inculte !", lance-t-il dans TPMP. L'année suivante, il insulte l'artiste de "tocard".

Quand Gilles Verdez se paie Bernard de La Villardière

Entre le chroniqueur de Cyril Hanouna et Bernard de La Villardière, les relations ne sont pas au beau fixe. Preuve en est, en janvier 2019, le débat s'envenime au moment d'évoquer un numéro de l'émission Enquête exclusive (M6) jugé "très mauvais" et "hyper racoleur" par Gilles Verdez, lequel reproche au journaliste de "stigmatiser les musulmans". Un clash qui lui a valu d'être épinglé par M6 qui, dans un communiqué, a demandé à ce que "ce chroniqueur dont le seul talent est l'insulte, et le fonds de commerce la polémique" cesse "cette campagne de dénigrement" envers le journaliste, faute de quoi, elle se réserve "le droit d'attaquer tout propos diffamatoire à l'encontre de Bernard de La Villardière". "On veut me faire taire !", avait réagi Gilles Verdez, ému et "choqué", dans TPMP, avant d'assurer : "Je ne me tairai pas." De quoi promettre de nouveaux clashs à l'avenir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.