Gilbert Rozon accusé d'agression sexuelle : le point sur l'affaire

Gilbert Rozon accusé d'agression sexuelle : le point sur l'affaire
Gilbert Rozon à Paris, le 25 novembre 2015.

En octobre 2017, Julie Snyder et huit autres femmes portaient plainte contre Gilbert Rozon pour agression sexuelle. Trois ans plus tard, l'ancien membre du jury de l'émission La France a un incroyable talent contre-attaque et intente une poursuite en diffamation contre ses accusatrices. Décryptage de l'affaire.

Cela fait trois ans que Gilbert Rozon fait l'objet d'accusations de viol et d'agression sexuelle de la part de plusieurs femmes, dont ses deux anciennes collaboratrices Julie Snyder et Pénélope McQuade. À une semaine de son procès pour viol et attentat à la pudeur sur une autre femme, l'homme de 65 ans poursuit à présent en diffamation ses accusatrices et dénonce, comme le rapporte Le Journal, des propos "calomnieux" et "vexatoires".

"Je ne pouvais pas dire non, parce qu'on ne me l'a pas demandé"

À l'origine de ces poursuites en diffamation, la diffusion de l'émission La Semaine des 4 Julie le 29 septembre 2020 sur Noovo. Dans ce talk show animé par Julie Snyder et Pénélope McQuade, la blonde de 53 ans a révélé pour la première fois les circonstances de son agression. "Je voudrais juste dire à Gilbert Rozon que je n'ai pas pu lui dire non", a-t-elle débuté, faisant référence à une déclaration faite par l'intéressé en 2018 au tribunal de Montréal, assurant alors: "Je n'ai jamais fait l'amour à une personne qui m'a dit non". Et l'ex-animatrice de Juste pour rire de préciser, non sans émotion : "C'est arrivé pendant que je dormais. (...) Je ne pouvais pas dire non, parce qu'on ne me l'a pas demandé."

Ces déclarations, Gilbert Rozon les a immédiatement dénoncées et a intenté le jeudi 8 octobre 2020 un recours civil, dans lequel il nie catégoriquement avoir commis ce dont il est accusé et reproche à Julie Snyder et Pénélope McQuade d'avoir "utilisé leur notoriété et une plateforme médiatique sous leur contrôle afin de s'acharner", rapportent nos confrères du Journal de Montréal.

Celui qui avait deux ans plus tôt annoncé son refus d'indemniser ses accusatrices réclame désormais 450 000 dollars aux deux animatrices, et a fait savoir par son avocat qu'il demande qu'elles se rétractent publiquement et qu'elles fassent savoir qu'il ne les a jamais agressées sexuellement. Contactée par Radio-Canada, Julie Snyder a réagi à cette annonce : "S'il fallait expliquer pourquoi je me suis tue pendant des années, la meilleure preuve c'est cette poursuite qui vise justement à me faire taire."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.