Frédéric Mitterrand maltraité durant l'enfance : il raconte

Frédéric Mitterrand maltraité durant l'enfance : il raconte
Frédéric Mitterrand lors du Festival du film Francophone d'Angoulême, le 2 septembre 2020.

Le 23 novembre 2020, Frédéric Mitterrand était invité sur France Inter à l'occasion de la sortie de son nouveau livre, "Une drôle de guerre". Il est alors revenu sur son enfance compliquée, lui qui a longtemps été battu par sa gouvernante.

"De quoi aviez-vous peur quand vous étiez enfant ?", a demandé l'animatrice Laure Adler à Frédéric Mitterrand dans son émission, L'heure bleue. "De ma gouvernante, a répondu sans hésiter le neveu de François Mitterrand. Parce qu'elle me frappait, et souvent d'une manière injuste. Et je pense que j'ai intériorisé cette peur d'une manière très très forte, ce qui fait que j'étais un enfant charmant, gentil, poli, travailleur et dissimulé."

"Au fond, j'étais devenue complice d'elle"

"J'y ai souvent repensé ensuite, parce qu'elle a été là longtemps. J'ai compris les enfants qui ne dénoncent pas. Parce qu'au fond, j'étais devenue complice d'elle. Si elle me frappait c'est parce que j'avais tort. En fait, je n'avais pas tort, mais j'ai intégré ça et je pense que ça a beaucoup beaucoup compté dans ma vie", a poursuivi l'écrivain et ex-homme politique, qui n'avait alors pas dénoncé le comportement de la gouvernante auprès de sa mère.

Pour lui, cette femme, "jeune aristocrate qui était engagée chez des bourgeois pour s'occuper des enfants", ne "supportait pas le déclassement auquel elle était confrontée". "Elle ne devait pas être très très maligne et elle se vengeait sur ce gosse qui la regardait avec des yeux plein d'amour", a raconté Frédéric Mitterrand.

Aujourd'hui, grâce à un "formidable travail intérieur", il a maîtrisé sa peur d'être frappé. Mais il fuit toujours "l'injustice, le geste brutal et les gens qui crient".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.