Fanny Ardant raconte son confinement : "Je parle, je ris, je bois du vin"

Fanny Ardant raconte son confinement : "Je parle, je ris, je bois du vin"
Fanny Ardant sur scène lors de la 46ème cérémonie des César à l'Olympia à Paris, le 12 mars 2021.

Confinée à son domicile parisien depuis maintenant plus d'un an, Fanny Ardant passe son temps à rêver, rire, lire et pleurer. Interrogée par le magazine Vanity Fair Hebdo le 29 mars 2021, l'actrice s'est confiée sur ses longs moments de solitude, sa nouvelle perception du monde et ses nuits teintées de rêveries.

Depuis son domicile en plein coeur de la capitale, Fanny Ardant observe le temps qui passe. Depuis plus d'un an, la crise sanitaire l'empêche d'exercer son métier et la maintient loin des projecteurs. Pourtant, l'actrice n'a pas changé beaucoup de ses habitudes. "Je lis, bien sûr, et puis je regarde les fenêtres éclairées. J'imagine la vie des autres en fonction de l'horaire d'extinction des lumières. (...) J'aime, tard le soir, voir encore des lumières, comme celles d'un paquebot sur l'océan. Et puis je parle, je ris ou pas, je bois du vin", explique-t-elle.

"Il y a des nuits courtes et des nuits longues"

Si ces nuits se révèlent toujours aussi "anarchiques" qu'auparavant, Fanny Ardant trouve l'apaisement au travers de la musique classique. "Je n'ai jamais su me coucher tôt. Il y a des nuits courtes et des nuits longues. (...) La musique, c'est quelque chose qui vous sauve. Chez Bach, il y a cette structure, et même si ce n'est pas génial, il reste quelque chose qui vous rassure", affirme-t-elle.

Se décrivant elle-même comme une asociale, la comédienne admet pourtant ressentir le manque de liberté. "Ce n'est pas tellement les sorties dans le monde qui me manquent, c'est plutôt de faire comme on veut. Ce qui me manque, c'est les bars, les terrasses de café, comme une promesse de bonheur. Dire des bêtises sur une terrasse de café au printemps, c'est magnifique", assure-t-elle avant d'évoquer ce à quoi elle rêve depuis quelques mois : "Ce dont je rêve, c'est d'être recrutée comme pianiste de bar dans un village reculé d'Écosse ou de Sicile. C'est ça qui me fait rêver..."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.