Eva Darlan : victime de violences conjugales, elle se confie

Eva Darlan : victime de violences conjugales, elle se confie
Eva Darlan lors de la cérémonie de recueillement en souvenir des victimes de féminicides sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris, le 28 août 2019.

Invitée dans l'émission L'instant de luxe sur Non Stop People mercredi 26 mai 2021, la comédienne Eva Darlan s'est livrée à de terribles confidences sur une de ses anciennes relations. Avec émotion, elle a évoqué les violences physiques et morales dont elle a été victime de la part de son ex-compagnon.

Après ses révélations en janvier sur l'inceste qu'elle a subi dans son enfance, la comédienne Eva Darlan - connue pour son rôle dans la série "Madame la proviseure" - s'est confiée dans l'émission L'instant de luxe, diffusée mercredi 26 mai dernier, sur les violences conjugales dont elle a été victime de la part d'un de ses anciens compagnons.

"Mon ex m'a tout pris"

C'est avec émotion que la comédienne de 76 ans a évoqué les souvenirs de cette relation abusive à l'animateur Jordan de Luxe. Elle raconte les coups, les "dépréciations", les menaces au quotidien qui l'ont poussée à bout. L'actrice dit alors avoir voulu quitter son compagnon : "Il est devenu cinglé, des coups un peu partout. Ça a été tribunal direct ! Je n'ai rien fait parce que ma fille rentrait de l'école, je me suis arrangée pour ne pas que ma fille me voit dans cet état."

Si la comédienne a réussi à quitter son ex, elle raconte que cela n'a pas été la fin des difficultés : "Mon ex m'a tout pris, financièrement, il a pris tout mon argent, je me retrouve avec des sacs en plastiques, deux enfants, j'ai pris une maison, mais je n'avais pas les moyens de la payer." Si aujourd'hui Eva Darlan dit "(faire) très attention" sur le plan financier, celle qui avait marché en novembre 2019 aux côtés de Sandrine Bonnaire contre les violences conjugales semble néanmoins sereine : "Je vis avec 2 000 euros par mois. Ça me va, je m'en fous... je m'en fous complètement."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.