En quinze ans, Jack Lang aurait reçu 500 000 euros de costumes en "cadeau"

En quinze ans, Jack Lang aurait reçu 500 000 euros de costumes en "cadeau"
Jack Lang arrive à l'hommage à Agnès Varda à la Cinémathèque française à Paris, le 2 avril 2019.

Selon des informations révélées par l'AFP, mardi 3 décembre 2019, des perquisitions ont été faites en novembre dernier dans les locaux de la marque italienne Smalto. Entre 2003 et 2018, l'enseigne aurait offert à Jack Lang des costumes d'une valeur totale d'environ 500 000 euros.

"Demain dans le canard : Comment Jack Lang s'est fait offrir durant 15 ans de somptueux costumes... Plus fort que Fillon !", pouvait-on lire sur le compte Twitter du Canard Enchaîné mardi 3 décembre 2019. Selon une enquête réalisée par l'hebdomadaire et L'Obs en mars dernier, Jack Lang aurait reçu entre 2003 et 2018 des costumes de la marque italienne Smalto. Des cadeaux adressés pendant quinze années à celui qui regrette toujours la mort de sa fille Valérie, pour une valeur totale estimée à 500 000 euros.

Jack Lang, égérie ?

Le 12 mars dernier, le parquet de Paris avait d'ailleurs ouvert une enquête préliminaire pour "abus de biens sociaux". Et, d'après une source proche du dossier, des perquisitions ont ensuite eu lieu au mois de novembre dans les locaux de la griffe italienne. Des éléments provenant des carnets de coupe ont été retrouvés sur place et ont permis d'élargir la période concernée. Les cadeaux adressés à l'actuel président de l'Institut du monde arabe avaient été faits de 2003 à 2018 et non entre 2013 et 2018 comme l'enquête préliminaire l'indiquait.

Contacté par l'AFP, Maître Laurent Merlet, avocat de Jack Lang a indiqué que son client était "fier et honoré d'avoir été choisi par de grands stylistes comme Yves Saint-Laurent, Thierry Mugler ou Francesco Smalto pour porter leurs vêtements dans ses activités de représentation". Et de poursuivre : "Qu'on trouve bien ou mal que Jack Lang soit l'ambassadeur de telles maisons, cela n'a rien à voir avec une question d'abus de bien social qui n'existe pas." Ce dernier avait d'ailleurs précisé, au printemps dernier, que l'ancien ministre socialiste s'était bien "vu offrir des costumes par la société Smalto". "Mais cela s'est fait à l'initiative du créateur Francesco Smalto, mort depuis", assurait-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.